Monthly Archives: June 2018

Peel en Maas

Peel en Maas is een Nederlandse gemeente in de provincie Limburg. Ze is op 1 januari 2010 ontstaan uit een fusie van de vroegere gemeenten Helden, Kessel, Meijel en Maasbree. Peel en Maas telde op 1 januari 2010 43.020 inwoners (bron: CBS) op een oppervlakte van 161 km².

De gemeente Peel en Maas ligt aan de linkeroever van de Maas en wordt tot Noord-Limburg gerekend. Voorts valt ze in de Peel, behalve de strook aan de Maas die tot het Maasland behoort. Ze beschikt over een eigen publieke lokale omroep, Omroep P&M geheten. De gemeente Peel en Maas heeft sinds 2016 een partnerschap met de Duitse stad Grevenbroich. Op 2 december 2017 zijn bij kasteel De Keverberg in Kessel en bij het Kasteel in Grevenbroich informatieborden geplaatst waarbij op de afzonderlijke borden informatie van beide kastelen is terug te vinden.

Gedeputeerde Staten wilden graag dat de gemeentes in Noord-Limburg voor 1 april 2008 een besluit namen hoe zij met elkaar willen samenwerken. Mocht dit niet lukken, dan zou de provincie een besluit namens de gemeenten nemen. De gemeentes Helden, Kessel, Maasbree en Meijel zouden eventueel een nieuwe fusiegemeente kunnen vormen.

De gemeenteraad van Helden was unaniem voor fusie. In Maasbree was iedereen voor de fusie, behalve eenmansfractie Lokaal Actief. In Kessel was slechts één raadslid van Reëel Alternatief tegen de fusie. Alle drie de gemeentes hebben aangegeven dat zij hoe dan ook een fusiegemeente zouden vormen, ook al wilde Meijel niet meedoen. In Meijel daarentegen waren alleen de oppositiefracties MVP en VVD vóór herindeling, de coalitiefractie CDA was tegen. De FWM-PvdA, de grootste coalitiepartij, nam de beslissing op 10 september 2007 en was tegen de herindeling. Hierbij koos Meijel voor zelfstandigheid en wilde alleen op lange termijn eventueel een fusie met de nieuwe gemeente Peel en Maas aan.

Op 2 oktober 2007 lieten de burgemeesters van de vier gemeentes weten dat slechts drie gemeentes verdergingen in een fusiegemeente. Deze moest voor 1 januari 2010, bij de eerstvolgende gemeenteraadsverkiezing, een feit zijn.

Op 10 maart besloot de Meijelse gemeenteraad met een kleine meerderheid (6-5) om voor een fusie met buurgemeenten Helden, Kessel en Maasbree te kiezen. Tijdens de extra raadsvergadering over de herindeling van Meijel stemde het grootste gedeelte van de fractie FWM-PvdA tegen fusie. Hierop besloten 4 leden van deze fractie per direct of op korte termijn hun raadslidmaatschap op te zeggen.

Er werd in 2008 een werkgroep gevormd om de fusie voor te bereiden en personeel van alle gemeentes te informeren. Deze werkgroep kreeg de naam Peel en Maas. Uiteindelijk werd dit in januari 2010 ook de gemeentenaam.

De gemeente Peel en Maas is het resultaat van een fusie tussen vier (voormalige) gemeentes met ieder haar eigen wijken en kernen. De onderstaande tabel geeft een overzicht van deze dorpen en kernen.

Helden

Kessel

Maasbree

Meijel

De gemeente Peel en Maas is aan zijn naam gekomen door de inwoners. De naam werd in drie fases gekozen:

1. Algemene naamverkiezing
Iedereen kon via een door een plaatselijk communicatiebureau opgezette campagne via internet een willekeurige naam inleveren hoe vaak hij wilde. Vanuit de ingeleverde namen is door een werkgroep – bestaande uit mensen vanuit iedere oude gemeente, aangevuld met een onafhankelijke voorzitter – een top 3 gemaakt (1 – gemeente Helden, 2 – gemeente Land van Kessel en 3 – gemeente Peel en Maas).

2. Top 3 stemming
Aan de hand van de gemaakte keuze in fase 1 werd een tweede stemronde voorbereid. Alle inwoners van de deelnemende gemeentes die 14(!) jaar of ouder waren (hier is héél bewust voor gekozen omdat de jeugd hierdoor meer betrokken raakte bij de naamkeuze) kregen een brief met een stembiljet met daarin een unieke code, om weer via internet te stemmen. Voor mensen die niet digitaal wilden stemmen kon het stembiljet ook worden ingeleverd of worden teruggestuurd naar de gemeente. Dit werd beide massaal gedaan. De papieren stembiljetten werden weer door vertegenwoordigers van alle gemeenten onder leiding van het hoofd bevolkingszaken geteld. Via internet kreeg de naam gemeente Helden een lichte voorkeur. Met de handmatig getelde stemmen erbij kreeg uiteindelijk de naam gemeente Peel en Maas de meeste stemmen. Het was een echte nek aan nek race met een minimaal verschil.

3. Vergaderen
Met deze drie overgebleven namen werd een gezamenlijke openbare vergadering gehouden met alle burgemeesters, wethouders en gemeenteraadsleden van de fusiegemeentes. De door de bevolking gekozen naam Peel en Maas werd hier bekrachtigd en was nieuwe naam gemeente Peel en Maas een feit.

De gemeenteraad van Peel en Maas telt zevenentwintig zetels.

Op 18 november 2009 werden vervroegde gemeenteraadsverkiezingen gehouden, acht fracties kwamen in de gemeenteraad. De coalitie werd gevormd door het CDA, PvdA/Groenlinks en de VVD. De lokale partijen vormden in de gemeenteraad samen één coalitiepartij, genaamd Lokaal Peel en Maas.

Op 20 maart 2014 vond de eerste gemeenteraadsverkiezing plaats na de gemeentelijke herindeling. Het CDA werd qua aantal stemmen de grootste partij, maar mocht niet deelnemen aan de nieuwe coalitie. De coalitie werd gevormd door Lokaal Peel en Maas, VVD en PvdA/Groenlinks. In juni 2017 splitste één raadslid zich af van Lokaal Peel en Maas en richtte in eerste instantie een eigen fractie op. Later voegde het raadslid zich bij de VVD. Net voor de gemeenteraadsverkiezingen van 2018 splitsten zich twee andere raadsleden af van Lokaal Peel en Maas. Zij voegden zich bij de partij AndersNu. De coalitie verloor hierdoor de meerderheid in de raad, maar werd door de oppositie niet weggestuurd.

Op 21 maart 2018 vonden weer gemeenteraadsverkiezingen plaats. Het CDA won één zetel en werd deze keer in zetelaantal de grootste partij.

In de gemeente zijn er een aantal rijksmonumenten en oorlogsmonumenten, zie:

Dorpen: Baarlo · Beringe · Egchel · Grashoek · Helden · Kessel · Kessel-Eik · Koningslust · Maasbree · Meijel · Panningen
Buurtschappen: Belgenhoek · Oyen · ‘t Rooth · Siberië · Witdonk
Limburg: Steden en dorpen      Nederland: Provincies · Gemeenten

Beek · Beesel · Bergen · Brunssum · Echt-Susteren · Eijsden-Margraten · Gennep · Gulpen-Wittem · Heerlen · Horst aan de Maas · Kerkrade · Landgraaf · Leudal · Maasgouw · Maastricht · Meerssen · Mook en Middelaar · Nederweert · Nuth · Onderbanken · Peel en Maas · Roerdalen · Roermond · Schinnen · Simpelveld · Sittard-Geleen · Stein · Vaals · Valkenburg aan de Geul · Venlo · Venray · Voerendaal · Weert
Steden en dorpen · Voormalige gemeenten · Nederland: Provincies · Gemeenten

Simon Fabiani

Simon Fabiani (ou Simone Fabiani), né le à Santa-Reparata-di-Balagna et assassiné le à Orezza, est un politique et général corse, considéré comme « héros de l’indépendance corse », membre de la famille Fabiani reconnue noble en 1774 par la couronne de France (“noble au-delà de 200 ans”). Il fut assassiné par des Corses, sur ordre de Gênes, avec l’aide de la famille Luccioni (dont Théodore avait fait exécuté un membre qui avait livré Porto-Vecchio et tentait d’attirer Théodore dans un traquenard afin de le livrer aux Génois). Les Luccioni n’avaient rien dit et, pour se venger de Théodore, ils firent assassiner Fabiani qui n’avait strictement rien à voir avec la mort de leur parent.

Le général Simon Fabiani joua un rôle non négligeable au cours de la première révolution corse du XVIIIe siècle. Sa position sociale et ses racines géographiques, mais aussi sa personnalité hors du commun y contribuèrent largement. Sa disparition tragique laissa le roi inconsolable et fut aussi une des causes de l’affaiblissement précipité d’un projet par ailleurs gravement compromis dès l’origine.

Sa critique cinglante du régime des Nobles Douze, auquel sa famille participait pourtant depuis des décennies, marqua l’un des premiers signes actifs de la révolte des élites contre la domination génoise. En s’attaquant à ce système qui profitait à la fois à l’aristocratie insulaire et à la domination génoise, Fabiani sapait les bases d’un pouvoir qui ne tenait réellement que par quelques présides (Bastia, Bonifacio, Calvi) et une capacité d’incursion lui permettant de lever l’impôt, souvent manu militari. Ainsi, lors des élections de 1730, Fabiani s’écria, “avec grandiloquence” précisent certains historiens: “Le Prince demande les élections des XII, la Corse ne veut plus des XII… qui ont assassiné la Corse”. Toutes proportions gardées, ce fut l’équivalent pour la révolution corse de la fameuse formule de Sieyès. Alors que les cercles dirigeants étaient à la recherche de justifications philosophiques pour contester le pouvoir en place (Gênes), ce geste de refus arrivait ainsi à point nommé.

Simon Fabiani contribua au succès initial de l’éphémère royaume corse de Théodore de Neuhoff. En dépit des oppositions de clans en Balagne, notamment avec les Giuliani, il apporta au roi Théodore le soutien de cette région riche et ouverte sur la mer. Ce soutien s’exprima d’abord par le contrôle d’un périmètre territorial sécurisé, mais aussi par une capacité de communication par la mer avec les indépendantistes corses résidant en Ligurie: les Fabiani possédaient l’un des trois entrepôts de l’Île Rousse qui fut l’un des poumons de la rébellion puis du Royaume. Par son mariage avec une Raffalli d’Orezza, localité située au cœur de la révolte, Fabiani créait un lien fort entre le centre du nouveau pouvoir, isolé loin des côtes, et la riche et ouverte Balagne. Ses parents par alliance d’Orezza, pouvaient lui fournir des troupes supplémentaires, très utiles lorsqu’il s’est agi de conquérir certains points cruciaux tels qu’Oletta, prise par le général Fabiani. Cette parentèle hors de son terroir d’origine le reliait aussi à quelques personnages arrêtés comme lui par les Génois et, pour certains exécutés.

Indubitablement, l’engagement du général Fabiani, tout comme ses faits d’armes, contribuèrent aux premiers succès du roi Théodore et de ses partisans. “Le héros de la Balagne”, comme l’appelle Girolami-Cortona, contribua à la déroute des Génois à Biguglia et fut essentiel dans la prise puis la soumission de Campoloro et de sa pieve, entraînant la reddition du représentant du pouvoir génois, don Filippo Grimaldi.

Il fut membre du gouvernement du roi Théodore avec le titre de capitaine général/gouverneur de la Balagne, vice-président du conseil de guerre et capitaine de la garde royale. Enfin, son Testament politique, publié et diffusé par les soins du chanoine Erasme Orticoni immédiatement après son assassinat en 1736, qui fut considéré comme l’un des textes fondateurs du nationalisme naissant des Corses, d’abord par le consul de France, Campredon, inquiet d’une éventuelle flambée de colère des élites et populations locales.

La famille du nobile Simon Fabiani appartenait à la noblesse militaire corse et n’avait pas besoin de la couronne de France pour être considérée comme telle. Le père de Simon Fabiani, Giovan Giuseppe, était lieutenant-colonel ; sa mère, Giovanna Malaspina, était issue d’une autre famille dominante de Balagne, considérée comme tenant son origine des anciens marquis carolingiens Obertenghi ayant régné sur la Toscane. La tradition militaire lui venait de sa lignée paternelle, remontant de manière certaine à Tiberio fils de Giovannone, “messer” et capitaine au service de Gênes, en résidence à Algajola (Balagne) au XVIe siècle. Mais il était aussi l’héritier du colonel Simone Morazzani, de Monticello, au service du grand-duc de Toscane, et de Pompilio Morazzani, capitaine de la garde pontificale dont les troupes auraient notamment été associées au fameux incident diplomatique qui affecta le duc de Créqui et sonna le glas de la garde corse du pape.

Le rôle de Simon Fabiani dans l’épopée du roi Théodore renforça son clan en Balagne et fut l’un des soubassements du parti français opposé aux partisans de Pascal Paoli. Comme quelques autres grandes familles, les Fabiani passèrent presque sans transition d’une position de révolte contre le pouvoir existant – Gênes – à un soutien sans faille à la couronne de France. En filigrane, l’engagement de “l’autre Simon Fabiani”, le colonel Simone de Fabiani, colonel commandant le Royal Corse à Naples, écuyer de la reine d’Espagne Elisabeth Farnèse, gouverneur aussi de la place de Barcelone. Simoncino ou Simoncello, personnage haut en couleur au verbe sonore, prit en quelques sorte la succession du général dans la conduite du clan. Bourbonien, il préparait le “parti Fabiani” à soutenir les Bourbon de France. C’est ainsi que les fils et parents du général combattirent dans le camp français lors de la bataille décisive de Ponte-Novo (mai 1769), tout comme leurs alliés, notamment Boccheciampe. La réconciliation Paoli-Fabiani fut tardivement symbolisée par le mariage, le 9 juillet 1789 (sic) à Monticello, d’Angela Felicité de Fabiani, dite Felicina, et du colonel Felice Giudice Antonio Leonetti, neveu de Pascal Paoli, futur député à l’Assemblée législative (1792/93).

Simon Fabiani est l’un des héros d’un roman de Gérard Néry. Avec beaucoup de fidélité envers les sources, l’auteur rappelle le rôle que joua Fabiani lors des principales étapes de l’aventure du royaume corse de Théodore Ier. Sur un plan plus anecdotique, ce fut lui qui eut l’idée d’utiliser une couronne de laurier, “à l’antique”, pour couronner le roi. Son arrivée sur le lieu du couronnement, en compagnie d’Arrighi, est aussi restée dans les annales, tant les Balanins se firent remarquer par leurs salves en l’honneur du nouveau monarque. Gérard Néry, qui relève à juste titre que “Fabiani était châtain clair”, échafaude l’hypothèse invérifiable d’une confusion avec le roi d’origine westphalienne. Au-delà du romanesque de la situation, c’est dire la place qu’occupait le général auprès du roi.

Aragonais

L’aragonais est la langue romane autochtone parlée en Aragon, à l’exception d’une frange orientale (la Frange d’Aragon) traditionnellement catalanophone. Si au Moyen Âge elle était parlée sur tout le territoire aragonais, elle a reculé pour n’être plus parlée aujourd’hui que dans quelques vallées pyrénéennes dans la province de Huesca (principalement dans les comarques de Jacetania, Alto Gallego, le Sobrarbe et la partie occidentale de Ribagorce). On évalue le nombre de locuteurs à 25 500.

L’aragonais est classé, pour des motifs géographiques et historiques, parmi les langues romanes occidentales[réf. souhaitée]. Certains traits caractéristiques de celles-ci — comme la sonorisation des occlusives sourdes intervocaliques — sont toutefois absentes de l’aragonais (particulièrement le dialecte central, comme dans le gascon pratiqué en vallée d’Aspe).

Bien que certains linguistes classent l’aragonais dans le groupe des langues ibéro-romanes, l’aragonais présente des divergences qui l’éloigne des langues romanes de l’ouest de la péninsule (castillan, astur-léonais, galicien-portugais), et qui le rapprochent plutôt du catalan et l’occitan (et plus particulièrement du gascon), par exemple en ce qui concerne la conservation des particules pronominales adverbiales ibi/bi/i et en/ne. On retrouve de plus, dans le lexique élémentaire de l’aragonais, un pourcentage légèrement supérieur de vocables apparentés au catalan (particulièrement l’occidental) et au gascon qu’au castillan, encore que cela dépende des variétés. Ainsi, l’aragonais occidental ne partage pas autant son lexique avec ses voisins orientaux que ne le fait l’aragonais du Sobrarbe et de Ribagorce. Les anciennes langues de Navarre et de la Rioja sont des variétés navarro-aragonaises plus proches du castillan.

Par voie de conséquence, l’aragonais moderne se situe à mi-distance entre le groupe de langues ibéro-roman et le groupe formé du catalan et de l’occitan, formant un pont entre le castillan et le catalan, mais aussi souvent entre le castillan, catalan et gascon. Le fait de partager exclusivement avec le gascon et le catalan nord-occidental (et à l’occasion, avec le basque) une série de vocables romans, permet de situer aussi l’aragonais dans un sous-groupe linguistique appelé pyrénéen. De plus, quelques archaïsmes dans certaines situations le placent du côté de l’asturien (ou bien du galicien ou encore du catalan) face au castillan.

Ces classifications font que l’aragonais peut apparaître comme la plus orientale des langues ibéro-romanes (dans lesquelles ne sont pas inclus le catalan ou l’occitan), ou bien comme la plus sud-occidentale des langues occitanes, pyrénéennes ou gallo-romanes.

L’aragonais peut aussi être rapproché, sur bien des aspects, avec la langue mozarabe qui l’influença quelque peu comme substrat lexical principal lors de l’expansion de l’aragonais au sud jusque vers Saragosse et Teruel. Il a été l’intermédiaire pour l’introduction de nombreux arabismes ou mozarabismes en catalan.

Les principales caractéristiques de l’aragonais dans son évolution diachronique depuis le latin sont :

Maintien partiel de la forme archaïque lo (< ILLUM) de l’article défini masculin singulier, et présence d’une variante ro/ra (à rapprocher du gascon pyrénéen eth/era).

Les adjectifs possessifs sont généralement précédés de l’article défini (possessif articulé), comme en catalan et partiellement en occitan. Le substantif ainsi déterminé peut se trouver au milieu de la combinaison résultante :

L’article peut être omis dans certains cas :

Avec certains substantifs se référant à des parents proches, on peut aussi employer la forme courte du possessif, qui ne s’accompagne pas de l’article (à rapprocher du catalan, où les possessifs atones sont maintenus localement dans des cas similaires) :

L’aragonais, comme beaucoup d’autres langues romanes, mais à la différence des langues ibéro-romanes et comme en catalan, conserve les formes latines ENDE et IBI comme particules pronominales : en/ne (en français : en) et bi/i/ie (en français : y).

La combinaison, commune en aragonais, des pronoms personnels de la troisième personne du complément direct ou indirect, ne distingue pas seulement le nombre de l’indirect (li/le; lis/les) mais à la fois le genre et le nombre, associé en une seule forme (en).

La forme est très particulière si l’on compare avec les langues voisines, dans lesquelles ou bien on différencie le genre et le nombre dans l’indirect (castillan) ou bien on les différencie dans l’indirect (catalan) :

Il est à noter qu’il existe des formes, dans certaines variétés dialectales de l’aragonais, qui laissent apparents le nombre et le genre du complément direct. Il en est ainsi dans les formes du parler de Ribagorce lo i, la i, los i, las i; ou dans celles de la belsetana le’l/le lo, le la, le’s/le los, le las, comparables avec les formes du catalan classique li’l, li la, etc. encore vivantes dans une bonne partie du pays Valencien :

La langue est originaire du latin vulgaire qui s’est formée sur un substrat vascon dans les vallées pyrénéennes aragonaises durant les VIIe et VIIIe siècles. Elle reçut ensuite, durant sa période médiévale, l’appellation de navarro-aragonais, de par la dépendance aragonaise du Royaume de Navarre et de son usage dans la zone non-bascophone.

La « reconquête », qui vit l’expansion du Royaume d’Aragon vers le sud sur les terres musulmanes, permit à la langue de diffuser sur tout le territoire conquis, pendant les XIIIe et XIVe siècles, au cours desquels l’extension de la langue fut maximale. La réunion entre le Royaume d’Aragon et le Comté de Barcelone, qui donna naissance en 1137 à la Couronne d’Aragon, occasionna une influence réciproque importante entre la langue aragonaise et la langue catalane. La Chancellerie Royale avait alors le latin, le catalan et l’aragonais comme langues d’usage, et occasionnellement l’occitan.

La figure principale de la langue aragonaise fut sans aucun doute Juan Fernández de Heredia, qui fut grand maître des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem à Rhodes. Il fut l’auteur d’un grand nombre d’œuvres en aragonais (médiéval), fut de plus le premier à traduire des ouvrages du grec vers l’aragonais.

Avec l’arrivée, en 1412, de la Maison de Trastamare à la Couronne d’Aragon, le castillan devint progressivement la langue de la cour et de la noblesse aragonaise. Les hautes classes et les noyaux urbains furent les premiers foyers d’hispanisation, reléguant petit à petit l’aragonais au rang de langue domestique et rurale, et lui faisant alors perdre progressivement son prestige dans la société.

Les siècles suivant les Décrets de Nueva Planta de Philippe V d’Espagne virent l’implantation presque totale de la langue castillane en Aragon, qui en est maintenant l’unique langue officielle, et la langue maternelle de 95 % de la population aragonaise.

À la fin du XIXe siècle, le philologue français Jean-Joseph Saroïhandy redécouvre les langues pyrénéennes (dialectes) d’Aragon, qui ont un dénominateur commun entre tous. Grâce au mécénat de Joaquín Costa, qui a fait un grand travail d’étude, de collecte et de diffusion, et qui aurait une continuité dans le XXe siècle avec trois éminents philologues internationaux : Alwin Kuhn (de), Gerhard Rohlfs et William Dennis Elcok, qui ont étudié l’existence d’une langue spécifique dans le nord de l’Aragon. Par la suite, les professeurs espagnols Menendez Pidal et Manuel Alvar se sont plus consacrés à l’étude de la langue dans son contexte historique qu’à la diffusion de la langue vivante, en raison des restrictions du régime dictatorial de Franco.

Dans les années postérieures à la dictature de Franco, l’aragonais vécut une revitalisation notable, avec la création d’associations de défense et de promotion de la langue, l’élaboration progressive d’une standardisation des dialectes — ainsi que d’une normalisation orthographique consensuelle, une créativité artistique croissante, principalement littéraire, et une recherche de statut de langue officielle (avec le castillan) dans diverses municipalités du haut-Aragon. Cependant, en dépit de l’augmentation du nombre d’étudiants de l’aragonais et du nombre de personnes concernées par la sauvegarde de la langue, l’aide des institutions reste très faible, et l’état de conservation devient de plus en plus précaire parmi les locuteurs natifs. Aujourd’hui, les parlers aragonais les mieux conservés se trouvent dans les vallées jacetanas de Hecho (Echo) et d’Ansó, appelé Cheso, dans la vallée de Gistaín (Chistau), dans celle de Tena, particulièrement à Panticosa, ainsi que dans la Ribagorce occidentale, principalement à Benasque (Benás).

La langue est principalement parlée dans les vallées pyrénéennes aragonaises, et s’étend vers le sud, jusqu’à Huesca, en se mâtinant progressivement de castillan. Les zones dans lesquelles on peut affirmer que l’aragonais est conservé (classées par ordre décroissant de vitalité) sont : la vallée de Bielsa, Ribagorce (où l’on peut trouver diverses variétés dialectales), la zone d’Ayerbe, la vallée de Aragüés, les hauts du Cinca, le Somontano de Barbastro, l’Alto Gállego et la vallée de Tena, le Sobrarbe central, la vallée de Basa, les rives du Gállego et la vallée de Rasal, la Jacetania, les rives de Fiscal, la Hoya de Huesca, la vallée de Broto et la vallée de Canfranc.

L’ de la loi sur les langues d’Aragon donne une liste des communes qui peuvent être déclarées zones d’usage prédominant de sa langue respective ou mode linguistique propre ou zone d’usage prédominant de l’aragonais normalisé les municipalités suivantes : Abiego, Abizanda, Adahuesca, Agüero, Aínsa-Sobrarbe, Aísa, Albero Alto, Albero Bajo, Alberuela de Tubo, Alcalá del Obispo, Alerre, Almudévar, Almunia de San Juan, Alquézar, Angüés, Ansó, Antillón, Aragüés del Puerto, Ardisa, Argavieso, Arguis, Ayerbe, Azara, Azlor, Bagüés, Bailo, Banastás, Barbastro, Barbués, Barbuñales, Bárcabo, Benasque, Berbegal, Biel, Bierge, Biescas, Bisaurri, Biscarrués, Blecua y Torres, Boltaña, Borau, Broto, Caldearenas, Campo, Canal de Berdún, Canfranc, Capella, Casbas de Huesca, Castejón de Sos, Castejón del Puente, Castiello de Jaca, Castillazuelo, Colungo, Chía, Chimillas, Estada, Estadilla, Fago, Fanlo, Fiscal, Fonz, Foradada de Toscar, El Frago, La Fueva, Gistaín, El Grado, Graus, Hoz de Jaca, Hoz y Costean, Huerto, Huesca, Ibieca, Igriés, Ilche, Jaca, Jasa, La Sotonera, Labuerda, Longás, Laluenga, Perdiguera, Lascellas-Ponzano, Laspuña, Loarre, Loporzano, Loscorrales, Lupiñén-Ortilla, Mianos, Monflorite-Lascasas, Monzón, Murillo de Gállego, Naval, Novales, Nueno, Olvena, Palo, Panticosa, Las Peñas de Riglos, Peraltilla, Perarrúa, Pertusa, Piracés, Plan, Pozán de Vero, La Puebla de Castro, Puente la Reina de Jaca, Puértolas, El Pueyo de Araguás, Quicena, Robres, Sabiñánigo, Sahún, Salas Altas, Salas Bajas, Salillas, Sallent de Gállego, San Juan de Plan, Sangarrén, Santa Cilia, Santa Cruz de la Serós, Santa Eulalia de Gállego, Santa Liestra y San Quílez, Santa María de Dulcis, Secastilla, Seira, Senés de Alcubierre, Sesa, Sesué, Siétamo, Tardienta, Tella-Sin, Tierz, Torla, Torralba de Aragón, Torres de Alcanadre, Torres de Barbués, Valle de Bardají, Valle de Hecho, Valle de Lierp, Vicién, Villanova, Villanúa, Yebra de Basa et Yésero.

Il existe divers dialectes de l’aragonais, dont les proximités géographiques induisent des proximités linguistiques, certains dialectes étant plus proches du castillan, d’autres du catalan.

L’attribution du bénasquais (le parler de Bénasque) comme dialecte aragonais ou catalan est sujette à caution. Il faut aussi distinguer les divers parlers de Ribagorce : un premier comme variété de l’aragonais, un second, plus à l’est, comme variété du catalan.

Une variété standard de l’aragonais est en cours d’élaboration, mais il y en a deux conceptions différentes :

L’aragonais connaît deux orthographes concurrentes :

Le manque de généralisation complète de la graphie d’Huesca et sa contestation par la SLA ont généré la création de l’Academia de l’Aragonés (Académie de l’Aragonais) en 2005. Ce nouvel organisme a reçu le soutien de quelques associations pour trouver une orthographe plus consensuelle ainsi que pour élaborer un aragonais standard : son travail est en cours et ses résultats se sont pas encore publiés.

Ozidi

Ozidi is a folk hero among the Ijo of Nigeria, and the subject of The Ozidi Saga composed by playwright and poet John Pepper Clark. The saga’s first performance was in 1966.

After his father is murdered by treacherous colleagues, Ozidi seeks vengeance so his father can join his ancestors. His goal is to call home his father from a limbo-like evil grove where the murdered go instead of joining their ancestors.

Ozidi vomits his sword and battle outfit out of himself before each battle. He leads his musician-assistants, his grandmother, and the animals and objects that he regurgitates. His grandmother coaches him to many victories, but Ozidi goes too far and kills his uncle and an innocent woman and her newborn son. The Smallpox King comes to take Ozidi in punishment, but Ozidi’s mother insists that her son was only being afflicted by Yaws, a mild childhood disease that Ozidi had never contracted. Somehow the Smallpox King was confused and he retreated. Upon recovery, Ozidi gave up his battle sword for good.

Débarquement français à Malte

Le débarquement français à Malte le est la conséquence de la détérioration des relations entre l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et la révolution française.

Le , Bonaparte en route pour la campagne d’Égypte, quitte Toulon avec le gros de la flotte française et parvient à échapper à la flotte britannique de Nelson. Il se présente devant La Valette en demandant de faire aiguade (remplir les barriques d’eau) et devant le refus du grand maître de laisser entrer dans le port plus de quatre bateaux à la fois, Bonaparte débarque ses troupes et s’empare de Malte, les et , assurant ainsi ses communications ultérieures avec la métropole. Le , la flotte française met le cap sur Alexandrie, après avoir laissé une garnison de trois mille hommes sur place.

L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem était né comme ordre hospitalier des pèlerinages en Terre sainte, s’était développé comme ordre militaire des croisades, avait sauvé son existence et son indépendance, à la différence des Templiers, en devenant souverain de l’île de Rhodes. Son installation à Malte, après son éviction de Rhodes, en avait fait la première puissance maritime de la Méditerranée.

La France avait une place prépondérante dans les relations de puissance à puissance avec l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. En 1780, 65 % des bateaux relâchant à Malte battent pavillon français loin devant ceux de Raguse, Naples, Venise, l’Angleterre, Malte, la Grèce, la Suède, Gênes et la Russie. La France avait au XVIIIe siècle le monopole de l’importation des produits manufacturés à Malte. Les grands maîtres Pinto et Rohan ont fait construire de grands dépôts par où transite tout le commerce méditerranéen : « les marchandises d’Orient – blé, maïs, dattes, figues, raisins secs, huile, coton, soie, lin, cuirs – ou d’Occident – tissus, quincaillerie, fers, armes, munitions ». Le , les députés déclaraient à la Constituante : « la nation française trouverait peut-être moins d’avantages à la possession de cette île qu’à l’alliance qui unit les deux puissances ».

Les bonnes relations de la France avec l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem vont être mises à mal avec la Révolution. Dès les élections aux États généraux l’Ordre a dû prendre une position et le grand maître de Rohan fit valoir la souveraineté de l’Ordre pour ne pas siéger comme ordre religieux. Même si dans leur ensemble les frères de l’Ordre étaient plutôt opposés aux idées révolutionnaires certains seront élus députés comme les baillis Alexandre de Crussol d’Uzes, Jean-Baptiste de Flachslanden ou le chevalier Charles Masson d’Esclans.

Mais l’Assemblée nationale n’abdique pas dans son opposition à l’Ordre. Ainsi, le , c’est la suppression des ordres de chevalerie. Il est alors interdit à tout Français, sous peine de perdre ses droits et même sa qualité de citoyen, de faire partie d’un ordre établi en pays étranger. Enfin le , tous les biens de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France sont mis sous séquestre pour être vendus. Le grand maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Emmanuel de Rohan-Polduc entame de longues négociations avec la Convention qui de son côté recherche la préservation des intérêts commerciaux maritimes de la France. Pendant ce temps les succès militaires de l’armée républicaine en Italie y permettent aussi la confiscation des biens de l’Ordre. Si Rohan pense encore pouvoir préserver l’Ordre, les conventionnels envisagent maintenant la prise de l’archipel maltais en envoyant des agitateurs dès 1793. Avant, en , pendant la campagne d’Italie, une escadre aux ordres des amiraux Laurent Truguet et Latouche-Tréville, vient mouiller face à Malte, mais devant la mise en défense de la côte par le grand maître de Rohan, les bâtiments lèvent l’ancre sans autre action.

Le Directoire demande l’envoi à Malte d’un ministre pour représenter la France, Rohan refuse mais accepte la présence d’un agent consulaire en la personne de Jean-André Caruson. Sa résidence devient rapidement le lieu de cristallisation de toutes les oppositions. Les chevaliers des diverses langues du pays (d’Auvergne, de Provence, de France) sont partagés entre la fidélité ou l’opposition à l’Ordre, leur pays et les idées des lumières ou de la révolution. Les chevaliers des langues d’Aragon et de Castille s’élèvent contre l’augmentation des charges pour compenser les pertes françaises ou italiennes. Enfin les chevaliers des langues en guerre contre la République française apprécient peu la position des chevaliers acquis aux idées révolutionnaires.

En France, la mode égyptienne bat son plein : les intellectuels pensent que l’Égypte est le berceau de la civilisation occidentale et que la France se devait d’apporter les Lumières au peuple égyptien. Enfin, les négociants français installés sur le Nil se plaignent des tracasseries causées par les mamelouks.

C’est le Directoire qui décide du sort de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de Malte en même temps que la Campagne d’Égypte. Les directeurs font appel au général Bonaparte, déjà auréolé de succès, notamment grâce à la campagne d’Italie. Le but de l’expédition est de gêner la puissance commerciale britannique, pour laquelle l’Égypte est une pièce importante sur la route des Indes orientales. L’Égypte est alors une province de l’empire ottoman soumise aux dissensions des mamelouks, elle échappe au contrôle étroit du sultan.

40 000 hommes de troupes de terre et 10 000 marins sont réunis dans les ports de la Méditerranée et un armement immense se prépare à Toulon : treize vaisseaux de ligne, quatorze frégates, quatre cents bâtiments sont équipés pour le transport de cette nombreuse armée. La grande flotte de Toulon avait reçu la participation des escadres de Gênes, de Civitavecchia et de Bastia ; elle est commandée par l’amiral Brueys et les contre-amiraux Villeneuve, Duchayla, Decrès et Ganteaume.

Le général en chef Bonaparte a sous ses ordres Dumas, Kléber, Desaix, Berthier, Caffarelli, Lannes, Damas, Murat, Andréossy, Belliard, Menou et Zajaczek, etc. Parmi ses aides de camp il a son frère Louis Bonaparte, Junot, Duroc, Eugène de Beauharnais, Thomas Prosper Jullien, le noble polonais Sulkowski. L’accompagne aussi le mathématicien Gaspard Monge à la tête d’une délégation scientifique.

Bonaparte arrive à Toulon le . Il loge chez l’ordonnateur Benoît Georges de Najac, chargé de préparer la flotte avec Vence. Dix jours après, au moment de s’embarquer, s’adressant particulièrement à ses braves de l’armée d’Italie, il leur dit : « Je promets à chaque soldat qu’au retour de cette expédition, il aura à sa disposition de quoi acheter six arpents de terre ».

L’armée s’embarque pour se retrouver devant Malte. L’escadre de Civitavecchia (deux frégates et environ 70 bateaux de transport) avec Desaix, parti le , précède les autres en arrivant devant Malte le . L’escadre de Gênes part le , celle de Bastia le , celle de Toulon le , pour se retrouver le et arriver devant Malte le .

Déjà en , une petite escadre française aux ordres de l’amiral Brueys avait demandé asile dans le grand port de La Valette pour faire des réparations ce qui lui permit d’évaluer les défenses de l’île. Mais cette fois-ci Bonaparte avait convaincu le Directoire : « L’île de Malte est pour nous, d’un intérêt majeur […]. Cette petite île n’a pas de prix pour nous […]. Si nous ne prenons point ce moyen, Malte tombera au pouvoir du roi de Naples ». Le général en chef de l’armée d’Orient avait obtenu l’autorisation de s’emparer de Malte pour empêcher une présence russe ou l’installation d’une base britannique si cela ne risquait pas de « compromette le succès des autres opérations dont il était chargé ».

Le grand maître Ferdinand de Hompesch met l’île en défense avec Camille de Rohan et son conseil de guerre dont fait partie le commandeur Jean de Bosredon de Ransijat, secrétaire du trésor,. Il fallait à Bonaparte une bonne raison de faire débarquer ses troupes ; il savait que Malte accueillait tous les bâtiments pour faire aiguade (remplir les barriques d’eau) en vertu d’un traité de 1768 entre l’Ordre et, entre autres, la France, Naples, Espagne, mais seulement quatre bateaux à la fois. Desaix, se présente devant le port de Marsaxlokk et demande, le , l’autorisation de faire entrer huit bâtiments ensemble dans le port. Devant le refus de Ferdinand de Hompesch, Bonaparte a un prétexte pour prendre l’île de force.

La défense de l’ouest de l’île est confiée au bailli Tommasi (70 ans) et l’est au bailli de Clugny (72 ans). Trois cent soixante-deux chevaliers, dont deux cent soixante Français, aidés de deux mille miliciens maltais, peu enclins au combat, devaient s’opposer à quinze mille Français débarquant à St Paul’s Bay, Spinola Bay et Gozo à 10 h du matin le . Tommasi fait face avec des hommes sans arme, le bailli de la Tour du Pin-Montauban et 16 jeunes frères servent eux-mêmes les canons quand les troupes désertent, le vieux bailli de Tigné se fait porter sur les remparts malade et grabataire, la ville de L-Imdina signe sa reddition dès le  ; Vincenzo Barbara représente la République française, Gregorio Bonici et le capitaine della Verga l’Ordre, contresigné par Salvador Manduca, Fernandino Teuma, Salvatore Tabone (jurés de la ville) et Romualdo Barbaro (représentant la population).

Devant cette victoire facile, Bonaparte devait déclarer que « les chevaliers ne firent rien de honteux, ils furent livrés » et, pour le général Casabianca, « il est fort heureux qu’il se soit trouvé quelqu’un ici pour nous ouvrir les portes de cette place ». Le bailli de la Tour du Pin-Montauban était quant à lui convaincu que les chevaliers francs-maçons allemands de l’entourage de von Hompesch étaient responsable de cette défaite. Il faut constater que le citoyen Matthieu Poussielgues, secrétaire de la légation française de Gênes, qui avait des parents à Malte en son cousin le consul de France Caruson, et était arrivé sur l’île en , peu après l’élection de von Hompesch, porteur d’une commission de Bonaparte, pour évaluer officiellement l’état du commerce français dans l’archipel et officieusement d’inspecter les défenses de l’île et de regrouper les partisans des Français, était partie liée à la négociation du traité comme « contrôleur de la trésorerie, chargé de régler les articles de la suspension d’armes » tout comme Jean de Bosredon de Ransijat qui signe le traité pour l’Ordre. Ils feront tous deux partie des commissions que Bonaparte mettra en place pour administrer l’archipel après son départ. Von Hompesch reçoit au milieu de la nuit une délégation de notables maltais lui demandant de mettre fin aux hostilités pour éviter un massacre des chevaliers et aussi des maltais, mais celui-ci refuse espérant toujours l’intervention de la flotte anglaise. La délégation fait malgré tout parvenir à Bonaparte, certainement par l’intermédiaire de Bosredon, un message lui indiquant que l’île est prête à traiter. Une délégation française conduite par Junot, comportant le commandant Dolomieu (le contact de Bosredon) et Poussielgue, fait connaitre au grand maître les termes d’un accord, mais en demandant la suspension d’armes, le , von Hompesch est encore convaincu que la souveraineté de l’Ordre sur Malte n’était pas en cause. Le fort Rohan « eut l’honneur de tirer le dernier coup de canon pour la défense de l’Ordre à Malte ». Les galères de l’Ordre firent honneur à leur réputation en engageant sérieusement le contre amiral Denis Decrès.

Un traité de reddition est signé le à bord de L’Orient. Signé par Bonaparte pour la République française, et par le commandeur Jean de Bosredon de Ransijat, le bailli de Turin Frisani, le chevalier Filipe de Amari pour l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le baron Mario Testaferrata, les docteurs G. Nicole Muscat et Benedetto Schembri pour la population maltaise.

Les mêmes signent à la suite un document précisant les conditions militaires de reddition.

Ainsi la République française prend possession de l’archipel maltais qu’elle devra abandonner deux ans plus tard. Bonaparte, pour aider sa campagne d’Égypte, s’empare du trésor de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem pour un montant évalué à 3 millions de francs en or et en argent et les troupes françaises de 1 500 canons, 3 500 fusils, 1 500 caisses de poudre, 2 vaisseaux, 2 frégates et 4 galères.

Deterministic algorithm

In computer science, a deterministic algorithm is an algorithm which, given a particular input, will always produce the same output, with the underlying machine always passing through the same sequence of states. Deterministic algorithms are by far the most studied and familiar kind of algorithm, as well as one of the most practical, since they can be run on real machines efficiently.

Formally, a deterministic algorithm computes a mathematical function; a function has a unique value for any input in its domain, and the algorithm is a process that produces this particular value as output.

Deterministic algorithms can be defined in terms of a state machine: a state describes what a machine is doing at a particular instant in time. State machines pass in a discrete manner from one state to another. Just after we enter the input, the machine is in its initial state or start state. If the machine is deterministic, this means that from this point onwards, its current state determines what its next state will be; its course through the set of states is predetermined. Note that a machine can be deterministic and still never stop or finish, and therefore fail to deliver a result.

Examples of particular abstract machines which are deterministic include the deterministic Turing machine and deterministic finite automaton.

A variety of factors can cause an algorithm to behave in a way which is not deterministic, or non-deterministic:

Although real programs are rarely purely deterministic, it is easier for humans as well as other programs to reason about programs that are. For this reason, most programming languages and especially functional programming languages make an effort to prevent the above events from happening except under controlled conditions.

The prevalence of multi-core processors has resulted in a surge of interest in determinism in parallel programming and challenges of non-determinism have been well documented. A number of tools to help deal with the challenges have been proposed to deal with deadlocks and race conditions.

It is advantageous, in some cases, for a program to exhibit nondeterministic behavior. The behavior of a card shuffling program used in a game of blackjack, for example, should not be predictable by players — even if the source code of the program is visible. The use of a pseudorandom number generator is often not sufficient to ensure that players are unable to predict the outcome of a shuffle. A clever gambler might guess precisely the numbers the generator will choose and so determine the entire contents of the deck ahead of time, allowing him to cheat; for example, the Software Security Group at Reliable Software Technologies was able to do this for an implementation of Texas Hold ’em Poker that is distributed by ASF Software, Inc, allowing them to consistently predict the outcome of hands ahead of time. These problems can be avoided, in part, through the use of a cryptographically secure pseudo-random number generator, but it is still necessary for an unpredictable random seed to be used to initialize the generator. For this purpose a source of nondeterminism is required, such as that provided by a hardware random number generator.

Note that a negative answer to the P=NP problem would not imply that programs with nondeterministic output are theoretically more powerful than those with deterministic output. The complexity class NP (complexity) can be defined without any reference to nondeterminism using the verifier-based definition.

This logic-functional programming language establish different determinism categories for predicate modes as explained in the ref.

Haskell provides several mechanisms:

As seen in Standard ML, OCaml and Scala

Pasir Julang (berg i Indonesien, lat -7,32, long 107,55)

Pasir Julang är ett berg i Indonesien. Det ligger i provinsen Jawa Barat, i den västra delen av landet, 140 km sydost om huvudstaden Jakarta. Toppen på Pasir Julang är 1 382 meter över havet.

Terrängen runt Pasir Julang är bergig. Den högsta punkten i närheten är Gunung Hanjawar, 1 985 meter över havet, 6,1 km öster om Pasir Julang. Runt Pasir Julang är det ganska tätbefolkat, med 129 invånare per kvadratkilometer. Närmaste större samhälle är Banjar, 18,7 km nordväst om Pasir Julang. I omgivningarna runt Pasir Julang växer i huvudsak städsegrön lövskog. I trakten runt Pasir Julang finns ovanligt många namngivna berg.

Tropiskt regnskogsklimat råder i trakten. Årsmedeltemperaturen i trakten är 20 °C. Den varmaste månaden är oktober, då medeltemperaturen är 21 °C, och den kallaste är januari, med 19 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 3 839 millimeter. Den regnigaste månaden är december, med i genomsnitt 565 mm nederbörd, och den torraste är september, med 64 mm nederbörd.

Nádia Colhado

Nádia Gomes Colhado (born February 25, 1989) is a Brazilian professional basketball player for the Indiana Fever of Women’s National Basketball League (WNBA). At the 2012 Summer Olympics, she competed for the Brazil women’s national basketball team in the women’s event. During the 2013–14 Brazilian championship, Colhado played with Érika de Souza and Tiffany Hayes, both from the WNBA’s Atlanta Dream, for Sport Recife. While Dream coach Michael Cooper visited his players, he was impressed with Colhado and invited her to the team’s training camp prior to the 2014 WNBA season. She eventually passed the tests to join Atlanta, and despite having limited minutes due to the Dream’s abundance of centers, took part in 16 games of the regular season. Colhado played 6 more games in the 2015 WNBA season before being waived by the Dream. During the 2016–17 season, she played in Spain, in IDK Gipuzkoa from San Sebastian and she became the MVP of the competition. She competed for Brazil at the 2016 Olympic Games in Rio. In 2017, Colhado signed with the Fever. In the offseason, she played for another Spanish team, Uni Girona.

Kellee Santiago

Kellee Santiago est une game designer et productrice de jeu vidéo, cofondatrice et présidente du studio de développement thatgamecompany.

Kellee Santiago est née à Caracas au Venezuela, et grandit à Richmond en Virginie. Elle est diplômée d’un Master of Fine Arts en Interactive Media à l’école de cinéma de l’Université de Californie du Sud. Lors de ses études, elle est impliquée dans le développement de Darfur is Dying, une simulation sur la guerre civile au Darfour. Elle fait par la suite équipe avec Jenova Chen pour le développement de Cloud. À la suite du succès critique du jeu, Santiago et Chen fondent le studio de développement thatgamecompany en 2006. Ils concluent un accord avec Sony Computer Entertainment pour trois jeux publiés sur le PlayStation Network. La société devient une figure du jeu vidéo indépendant. En 2008, Gamasutra la place dans sa liste des développeurs les plus innovants de l’année (« 20 Breakthrough Developers »), soulignant le rôle-clé de Santiago.

Elle fait partie des fondateurs de l’Indie Fund, qui a pour but de financer la création des jeux vidéo indépendants.

Sur les autres projets Wikimedia :

Level shifter

A level shifter in digital electronics, also called a logic-level shifter, is a circuit used to translate signals from one logic level or voltage domain to another, allowing compatibility between ICs with different voltage requirements, such as TTL and CMOS. Many modern full featured systems use level shifters to bridge domains between low-power application processors running at 1.8 V and other system functions like sensors or other analog intensive applications running at 3.3 or 5V.

Uni-directional – All input pins are dedicated to one voltage domain, all output pins are dedicated to the other.

Bi-directional with Dedicated Ports – Each voltage domain has both input and output pins, but the data direction of a pin does not change.

Bi-directional with External direction indicator – When an external signal is changed, inputs become outputs and vice versa.

Bi-directional, auto-sensing – A pair of I/O spanning voltage domains can act as either inputs or outputs depending on external stimulus without the need for a dedicated direction control pin.

Fixed Function Level Shifter ICs – these ICs provide several different types of level shift in fixed function devices. Often lumped into 2-bit, 4-bit, or 8-bit level shift configurations offered with various VDD and VDD2 ranges, these devices translate logic levels without any additional integrated logic or timing adjustment.

Configurable Mixed-signal ICs (CMICs) – Level shifter circuitry can also be implemented in a CMIC. The no-code programmable nature of CMICs allows designers to implement fully customizable level shifters with the added option to integrate configurable logic or timing adjustments in the same device.

Since level shifters are used to resolve the voltage incompatibility between various parts of a system, they have a wide range of applications as well. Level shifters are widely used in interfacing legacy devices and also in SD cards, SIM cards, CF cards, Audio codecs and UARTs.