Vitelli

La famille Vitelli régna sur Città di Castello, ville située dans la région Ombrie (Italie centrale) du XIVe au XVIIe siècle. L’apogée de leur dynastie se situe aux XVe et XVIe siècles.

Les origines sont mal connues car les documents sont inexistants. Les Vitelli sont issus d’une famille d’agriculteurs originaires de la commune de Selci (Ombrie) à la frontière Ombro Toscane près de Sansepolcro. On retrouve les premières traces des Vitelli à Città di Castello au XIIIe siècle (le 26 mai 1220, les Vitelli s’approprièrent une église et un moulin près de la Canonica. On ne trouve plus trace d’eux jusqu’en 1356 : Un écrit des prieurs du peuple atteste que Domenico Vitelli et deux autres personnes de la même famille étaient commerçants, originaires de Città di Castello, où avec leurs ancêtres, ils jouissaient de tous les honneurs. En 1362, Gerozzo Vitelli, et d’autres membres de la famille firent des donations à l’hôpital en construction. L’étalement de leur richesse et de leur générosité permit aux Vitelli d’occuper rapidement des postes stratégiques au sein de la ville. Au début du XIVe siècle, Città di Castello, comme la plupart des villes italiennes étaient passées de la commune à la seigneurie. À chaque fois une famille finissait par dominer la ville par son prestige et sa richesse. À Città di Castello, ce fut la famille Vitelli qui finit par s’imposer, ceci après un âpre affrontement avec la famille Guelfucci (de Brancaleone)

La famille Vitelli laissa son empreinte dans l’histoire politique et architecturale de la ville : Palais à S. Egidio, Palais à la Cannoniera, Palais Vitelli sur la place et Palais Vitelli à S. Giacomo.

La famille fournit de nombreux condottieres de forte personnalité qui pendant quatre siècles, s’occupèrent de politique, d’économie et d’art militaire. Ces personnages participèrent à des événements importants comme les guerres d’Italie, sous Charles VIII, à la fin du XVe siècle, les batailles des Flandres et celles contre les Turcs. Les Vitelli avaient des liens très étroits avec les familles des Médicis, Orsini et Baglioni. Malgré l’exiguïté de leur territoire, (celui-ci se limitait à un rayon de 15 km environ autour de Città di Castello) leur influence fut significative sur la scène politique des XVe et XVIe siècles. Les Vitelli comme les familles Montefeltro ou Médicis, étaient des passionnés de la beauté artistique. Ils attirèrent des artistes comme Vasari, Luca Signorelli, Raphaël, Gherardi, Angelo da Orvieto.

Les Vitelli considéraient la religion comme une magie ou une superstition. (Vitellozzo eut recours à la foi seulement au moment de sa mort, demandant le pardon pour ses pêchés. Dans la vie, la morale religieuse n’était pas respectée (même par la papauté). L’usage de la ruse et de la barbarie étaient communément admises afin d’atteindre le but recherché : César Borgia pour qui « la fin justifie les moyens ». Les Vitelli aussi usèrent et abusèrent de la force. Pour leur époque, leur dynastie peut être considérée moralement et physiquement forte et saine. Ils furent toujours très attachés à leur terre d’origine et équipèrent leurs gens des moyens les plus modernes.

Fondateur de la dynastie. En 1394, il fait des donations pour la construction d’un hôpital, en échange il demande que lui-même et ses héritiers mâles soient considérés patrons perpétuels. Il eut quatre fils : Giovanni, Vitellozzo, Giacomo et Lodovico. Il meurt en 1398.

Fils de Gerozzo. Il consolide le pouvoir de la famille Vitelli. Devenu très riche et influent, il est promoteur de la puissance de sa maison. Il meurt en 1462. Une grandiose cérémonie funèbre lui fut consacrée aux frais de la patrie.

Niccolò Vitelli. Seigneur de Città di Castello. Père de Giovanni, Giulio, Camillo, Paolo et Vitellozzo. Il naît en 1414 à Città di Castello et hérite d’une fortune colossale. Il gouverne la ville tel un monarque absolu avec une poigne de fer. Très instruit, c’est une personne qui sait reconnaître les besoins, mais aussi les devoirs du peuple. « Pas un saint, mais un fils de son temps ». Protégeant les citoyens des abus des mécènes locaux, en 1468 il est déclaré « père de la patrie ». Niccolò eut huit enfants de sa femme Pantasilea Abocatelli : Giovanni, Camillo, Paolo, Vitellozzo, Lisa, Maddalena, Anna et un fils naturel, Giulio. Niccolò est enterré dans l’église Saint-François.

Marquis de Sant’Angelo, duc de Gravina. Fils de Niccolò ; frère de Giovanni, Paolo, Vitellozzo et Giulio ; père de Vitello. Parmi les meilleurs condottières et capitaines. Fut le premier en Italie à équiper la cavalerie d’arquebuses

Vitellozzo Vitelli. Conte de Montone. Seigneur de Città di Castello, Monterchi et Anghiari. Fils de Niccolò ; frère de Paolo, Giulio, Giovanni, Camillo. Beau-père de Oliverotto da Fermo, genre de Paolo Orsini. Condottière valeureux, un des meilleurs capitaines de son époque. Il est étranglé en même temps que Oliverotto da Fermo sur ordre de César Borgia à Senigallia le 31 décembre 1502.

Paolo Vitelli. Seigneur di Montone. Fils di Niccolò, frère de Vitellozzo, Giovanni, Camillo et Giulio. Condottière émérite fier et impulsif. En 1498 il est capitaine des milices florentines engagées contre Pise. Suspecté de trahison il est soumis à la torture, injustement condamné et décapité en 1499. Il eut deux fils : Niccolò I et Chiappino I, ainsi qu’un fils naturel : Alessandro.

(Giovanni Luigi Vitelli) Fils de Paolo. Frère de Giovanni. Condottière des milices siennoises (1494) Participe à la bataille de Garigliano en 1503. En 1511 à Pistoia il tue sa femme adultère. Il est à son tour tué par son genre dans une étable.

Giulio Vitelli (évêque). Fils natural de Niccolò ; frère de Camillo, Giovanni, Paolo et Vitellozzo. En 1487 il est condottière au service du pape. En 1498 il est nommé évêque de Città di Castello par Alexandre VI. En 1504 il échappe à Cesar Borgia et perd son titre d’évêque. En 1512 il conquiert le château de Ravenne. En 1516 il est gouverneur d’Urbino pour le compte de Laurent de Medicis. Il rentre à Città di Castello en 1517 où il meurt en 1530.

Conte de Montone. Fils naturel de Camille, père de Camille(I).

Niccolò Vitelli. Fils naturel de Paolo. Frère d’Alessandro. Il fut à la solde de Venise, de Jules II, de Leon X, de Clement VII et des Florentins. Meurt en 1529. Il eut trois fils : Paolo I, Giovanni I et Chiappino II.

Chiappino Vitelli. Marquis de Cetona. Fils de Niccolò (II), frère de Giovanni, fut comte de Montone. Aux ordres de Philippe II d’Espagne, il sauve l’armée espagnole à la suite de l’attaque surprise des Maures à Penon de Valera. Il participe à la guerre contre le prince d’Orange. Le commandant mort, il prend la tête de l’armée et la sauve de l’anéantissement. Il meurt à la suite d’un accident de carrosse en 1555.

Giovanni Vitelli. Fils de Niccolò, frère de Chiappino. Commence sa carrière auprès de Cosme de Médicis. Passe au service de la France. Se distingua dans les Flandres contre les Espagnols. Blessé en bataille en 1554, meurt à l’âge de 33 ans.

Paolo Vitelli. Fils d’Alessandro. Condottière émérite il participe aux diverses guerres des papes Paul III, Jules III. Participe à la Bataille de Lepante contre les Turcs. Paolo meurt à Parme en 1574 à l’âge de 55 ans. On lui doit la construction du Palais Vitelli à S. Egidio, construit vers 1540, d’après son dessin personnel.

Conte de Montone. Fils de Vitello.

Alessandro Vitelli, seigneur de Montone, Citerna et Amatrice est le fils naturel de Paolo (I), le frère de Niccolò et le père de Vitellozzo (Cardinal). Condottière, il participe à la bataille de Gavinana (1530), soutient Cosme de Médicis à Florence et participe à bataille de Montemurlo en 1537. En 1538 il prend part à la guerre de Camerino. Il meurt à Citerna en 1554.

Vitellozzo Vitelli, cardinal chamberlain de l’église du 17 novembre 1564 au 19 novembre 1568.

De Citerna. Seigneur de Montone. Condottière aux ordres de la papauté. Mort assassiné à Rome en 1583.

Au service de la France, participa à la guerre contre les Huguenots

Mécène d’artistes et de savants, amoureux de livres, peintures et objets archéologiques.

Le dernier représentant de la famille Vitelli. Très affable, ce descendant de guerriers était si timide et peureux que dès qu’un orage éclatait, il se réfugiait dans les souterrains du château. Il mourut le 8 avril 1790 et avec lui la dynastie Vitelli.