Tag Archives: reusable plastic water bottles

Sesekebrücke

Die Sesekebrücke, auch Fünf-Bogen-Brücke genannt, ist eine der ältesten noch in Betrieb befindlichen und im Originalzustand erhaltenen Eisenbahnbrücken von Deutschland. Sie befindet sich in Kamen und überquert die Seseke.

Sie wurde 1846 für die Köln-Mindener Eisenbahn-Gesellschaft als eine der 14 Brücken auf der Stammstrecke Duisburg–Wanne–Dortmund–Hamm errichtet. Während in England bereits seit Anfang der 1830er Jahre eiserne Brücken gebaut wurden, baute man in Deutschland noch ausschließlich Steinbrücken. Casper Harkort eröffnete erst kurze Zeit später die erste renommierte Eisenbrückenbauanstalt in Wetter an der Ruhr.

Die Sesekebrücke ist deshalb aus Werkstein in einfacher, klassizistischer Formensprache erstellt. Die fünf Bögen sind auf Pfeilern gelagert. Der sumpfige Untergrund erforderte eine Gründung durch Eichenpfähle. Drei der Pfeiler wurden als Strompfeiler, zwei als Vorfluter erbaut. Seit der Kanalisierung der Seseke infolge von Bergsenkungen steht keiner der Pfeiler mehr im Wasser.

Koordinaten:

Besucherzentrum und Ankerpunkte (von West nach Ost):  Museum der Deutschen Binnenschifffahrt | Innenhafen Duisburg | LVR-Industriemuseum Oberhausen | Landschaftspark Duisburg-Nord | Gasometer Oberhausen | Aquarius-Wassermuseum | Villa Hügel | Nordsternpark | Welterbe Zeche Zollverein und Kokerei Zollverein | Zeche Ewald&nbsp glass water bottle with measurements;| Chemiepark Marl | Eisenbahnmuseum Bochum-Dahlhausen | Henrichshütte | Jahrhunderthalle Bochum | Umspannwerk Recklinghausen | Deutsches Bergbau-Museum | Zeche Nachtigall | Schiffshebewerk Henrichenburg | DASA | Kokerei Hansa | Zeche Zollern II/IV | Hohenhof | Freilichtmuseum Hagen | Lindenbrauerei Unna | Maximilianpark Hamm

Themenrouten (aufsteigend nach Nummern):  1. Duisburg: Stadt und Hafen | 2. Industrielle Kulturlandschaft Zollverein | 3. Duisburg: Industriekultur am Rhein | 4. Oberhausen: Industrie macht Stadt | 5. Krupp und die Stadt Essen | 6. Dortmund: Dreiklang Kohle, Stahl und Bier | 7. Industriekultur an der Lippe | 8. Erzbahn-Emscherbruch | 9. Industriekultur an Volme und Ennepe | 10. Sole, Dampf und Kohle | 11. Frühe Industrialisierung | 12. Geschichte und Gegenwart der Ruhr | 13. Auf dem Weg zur blauen Emscher | 14. Kanäle und Schifffahrt | 15. Bahnen im Revier | 16. Westfälische Bergbauroute | 17. Rheinische Bergbauroute | 18. Chemie, Glas und Energie | 19. Arbeitersiedlungen | 20. Unternehmervillen | 21. Brot, Korn und Bier | 22. Mythos Ruhrgebiet | 23. Parks und Gärten | 24 online football shirts. Industrienatur | 25. Panoramen und Landmarken | 26. Sakralbauten | 27. Eisen & Stahl | 28. Wasser: Werke, Türme und Turbinen | 29. Bochum – Industriekultur im Herzen des Reviers | 30. Gelsenkirchen | per Rad

Lindenbrauerei Unna  | Alte Reichsstraße 1 | Historischer Bergbauwanderweg Holzwickede | Emscherquelle | Haus Opherdicke | Eisenbahnausbesserungswerk Schwerte | Nickelwerke | Rohrmeisterei Schwerte | Früher Bergbau in Fröndenberg | Kettenschmiedemuseum | Windkunst und Wärterhaus | Gademenreihe | Kurpark Königsborn | Barmer Ferienkolonie&nbsp reusable plastic water bottles;| Denkmal Friedrich Grillo und Altes Amtshaus | Bahnhof Königsborn | Pförtnerhaus Zeche Königsborn 2/5 | Siedlung Reinhardstraße | Förderturm Bönen – Ostpol | Backhaus Flierich | Bahnhof Lenningsen | Bahnhof Kamen | Seseke-Brücke | Zeche Monopol, Schacht Grillo | Zeche Monopol Schacht Grimberg 1/2 | Kraftwerk Bergkamen | Halde Großes Holz  | Zeche Haus Aden | Seepark Lünen mit Preußenhalde und Pyramide | Siedlung Ziethenstraße  | Preußenhafen | Siedlung „Am Kanal“ | Hüttenwerke Kayser | Bergarbeiter-Wohnmuseum | Zeche Minister Achenbach Schacht 4, LÜNTEC-Tower | Kraftwerk Lünen | Victoria-Siedlung | Kantine „Westfalia“ | Ziegelei Siegeroth | Zeche Hermann und „Alte Kolonie“ | Schloss Cappenberg | Zeche Werne | Altes Amtshaus heute Karl-Pollender-Stadtmuseum Werne | Marina Rünthe | Kulturzentrum Schacht III | D-Zug-Siedlung Rünthe und Alte Kolonie | Siedlung Rünthe-Süd | Kraftwerk Gersteinwerk | Schacht Lerche | Bergwerk Ost, Schächte Heinrich Robert | Kissinger Höhe  | Gedenkstätte Zeche Radbod | Zeche Radbod | Stadthafen Hamm | Siedlung Vogelsang | Zeche Sachsen heute Öko-Zentrum NRW | Bahnhof Hamm | Böhler-Welding, ehemals Westfälische Union | Westfälische Drahtindustrie | Gaswerk Hamm | Wassertürme am Hellweg | Klostermühle Pohl | Schleuse Hamm | Wasserübergabe Hamm | Kurpark Hamm | Lippeschleuse Heessen | Schleuse Werries | Schulweg-Steg | Kraftwerk Westfalen | Maximilianpark 

Eisenbahnmuseum Bochum-Dahlhausen  | Bahnhof Dahlhausen | Bahnhof Hattingen | Ruhrtalbahn | Henrichshütte  | Bahntrasse Hattingen – Schee – Silschede mit dem Bahnhof Sprockhövel | Bahnhof Ennepetal | Kruiner Tunnel | Kleinbahntrasse Haspe-Voerde-Breckerfeld | Harkort’sche Kohlenbahn | Viadukt der Rheinischen Eisenbahngesellschaft | Goldberg-Tunnel | Hauptbahnhof Hagen | Ruhr-Sieg-Strecke | Ruhrviadukt Herdecke | Eisenbahnausbesserungswerk Schwerte und Kreinberg-Siedlung | Obere Ruhrtalbahn und Bahnhof Langschede | Bahnhof Hamm | Bahnhof Kamen | Seseke-Brücke | Depot Immermannstraße | Nahverkehrsmuseum Dortmund | Weichenbauhalle Maschinenfabrik Deutschland | Hauptbahnhof Dortmund | Dortmunder Eisenbahnbrücken-Ensemble | Dortmund Betriebsbahnhof | Wasserturm Dortmund Südbahnhof | Zeche Zollern II/IV  | Hauptbahnhof Recklinghausen | Bahnhof Herne | Hauptbahnhof Wanne-Eickel | Heimat- und Naturkunde-Museum Wanne-Eickel | Bahnbetriebswerk Gelsenkirchen-Bismarck | Hauptbahnhof Gelsenkirchen | Bahnhof Dorsten | RBH Logistics | Werksbahn Bochumer Verein und Erzbahn | Bochumer Verein | Bahnhof Bochum Nord und Stahlbrücken der Rheinischen Bahn | Hauptbahnhof Bochum | BOGESTRA-Hauptverwaltung | Bahnhof Langendreer (mit dem Kulturzentrum) | Straßenbahnbetriebshof Witten und Gartenstadt Crengeldanz | Weichenwerk Witten | Hauptbahnhof Witten | Ruhrviadukt Witten | Gruben- und Feldbahnmuseum Zeche Theresia | Bahnanlagen der Zeche Nachtigall  und des Muttentals | Bahnhof Zollverein | Rheinische Bahn in Essen | Lokomotivfabrik und Werksbahn Krupp | Hauptbahnhof Essen | Dienstgebäude Direktion Essen | Villa Hügel  und Bahnhof Essen-Hügel | Ruhrbrücke Steele | Bahnhof Kupferdreh und Museumsbahn Hespertalbahn | „Hundebrücke“ und „Deilthaler Eisenbahn“ | Eisenbahnbrücke Kettwig | Stadt-Viadukt und Ruhrbrücke Mülheim | Ringlokschuppen und Camera Obscura | Eisenbahnausbesserungswerk Speldorf mit der Alten Dreherei | Straßenbahndepot Speldorf | Brückenlandschaft Ruhraue | Rangierbahnhof, Eisenbahnausbesserungswerk Wedau und Eisenbahnsiedlung Wedau | Wasserturm Rheinhausen-Friemersheim und Eisenbahnsiedlung Rheinhausen-Friemersheim | Duisburg-Hochfelder Eisenbahnbrücke | Hebeturm „Homberg-Ruhrorter Rheintrajektanstalt“ | Duisburg Hauptbahnhof | Grüner Pfad | HOAG-Trasse | Werksbahn Thyssen | Haus Knipp-Eisenbahnbrücke | Rheinbrücke Wesel | Oberhausen Hauptbahnhof | LVR-Industriemuseum Oberhausen 

Zollverein

Le Zollverein (Deutscher Zollverein de son nom complet), littéralement « union douanière allemande » est une union douanière et commerciale entre États allemands dont l’acte fondateur est signé le et qui entre en fonction le .

Dominée par le Royaume de Prusse, elle remplace les unions douanières Prusse-Hesse, sud-allemande et l’union commerciale de l’Allemagne centrale. Les membres fondateurs sont, outre la Prusse : le Landgraviat de Hesse-Cassel, le Royaume de Bavière, le Royaume de Wurtemberg, le Royaume de Saxe et l’ensemble des États constituant la Thuringe. Jusqu’en 1836, les États du Grand-duché de Bade, le Duché de Nassau et Francfort-sur-le-Main rejoignent l’union. En 1842, le Luxembourg, le Duché de Brunswick et la Principauté de Lippe la rejoignent à leur tour, suivis en 1854 par le Royaume de Hanovre et le Grand-duché d’Oldenbourg. L’union recouvre donc à la veille de la fondation de la Confédération de l’Allemagne du Nord (1867) un territoire d’environ 425 000 km2.

Les buts du Zollverein sont la création d’un marché intérieur unique et l’harmonisation des règles fiscales et économiques. Au niveau politique, elle place la Prusse au centre de l’échiquier allemand et conduit à l’adoption de la solution petite-allemande lors de l’unification allemande. Après la fondation de l’Empire allemand en 1871, les fonctions de l’union lui sont transférées. Bien que n’appartenant pas au nouvel État, le Luxembourg fait partie de l’espace douanier allemand jusqu’en 1919.

Durant la période du Saint-Empire romain germanique les États allemands sont très nombreux et leurs territoires éclatés, ainsi en 1790 pas moins de 1 800 frontières douanières existent. Dans le seul Royaume de Prusse pas moins de 67 tarifs douaniers différents sont en application au début du XIXe siècle. Par exemple entre Königsberg et Cologne 80 contrôles douaniers sont effectués.

La période napoléonienne apporte avec elle son lot de modernisations, tout particulièrement dans la confédération du Rhin où un marché unique est mis en place en 1800 à l’intérieur de ses frontières. En Bavière, la législation en vigueur entre 1799 et 1808 unifie l’ensemble de son territoire sous un seul tarif qui est le plus libéral de l’époque. Cet exemple est suivi en 1810 par le Royaume de Wurtemberg et en 1811 par le grand-duché de Bade. Ces politiques visent à la fois à l’intégration économique et sociale des nouveaux territoires, Napoléon ayant réorganisé l’Allemagne, mais aussi et surtout à augmenter les recettes des États en question. Un quelconque progressisme n’a que peu de place dans ces décisions. En l’absence d’impôt sur le revenu, les recettes étatiques sont principalement constituées des droit d’accise et des taxes douanières. Il est donc impératif pour les États de garantir l’encaissement de ces dernières et si possible de les augmenter. Quelques voix réclament déjà à l’époque le libre-échange à l’intérieur de l’Allemagne associé à une barrière douanière avec l’extérieur. Parmi eux Joseph Görres ou Heinrich Friedrich Karl vom Stein.

Contrairement à ce qui est prévu dans son acte fondateur de 1815, la confédération germanique n’unifie finalement pas les questions douanières et les règles économiques dans ses frontières. L’article 19 prévoit uniquement que les questions du commerce et de liberté de transport doivent être traitées par la suite. Des négociations sont certes entamées en 1819 et 1820 pour l’unification des zones douanières mais elles échouent.

Les questions douanières ne sont dès lors plus décidées au niveau de la confédération mais directement entre États. Si les nombreuses barrières douanières entravent le développement industriel et le commerce, c’est de l’extérieur que viennent les pressions pour une nouvelle politique douanière. La fin du blocus continental fait réapparaître subitement la concurrence des industries anglaises face à l’artisanat allemand. L’association pour l’artisanat et le commerce dans l’Allemagne entière est créé pour exiger la mise en place de barrières douanières pour limiter les importations anglaises. Son meneur est l’économiste Friedrich List. Il craint sinon que l’économie allemande ne devienne dominée par l’économie anglaise. À la manière de ce qu’écrit Karl Friedrich Nebenius en 1819, List exige dans une pétition largement distribuée la fin des barrières de douanes intérieures qu’il trouve à la fois gênantes et pénalisantes pour le commerce et le transport en Allemagne et invivables pour les personnes vivant à une frontière.

List poursuit des objectifs économiques, mais aussi politiques. Selon lui, un espace douanier unifié doit conduire à la formation d’État-nation en lieu et place de la confédération germanique. L’initiative n’a qu’un faible succès, mais elle encourage les vues des libéraux et influence indirectement les mesures étatiques dans le sud de l’Allemagne ainsi que les négociations qui ont lieu pour la mise en place d’une union douanière.

Dans le processus de modernisation du système douanier la Prusse joue un rôle prépondérant. Elle a hérité des réformes mises en place en Westphalie par Napoléon, avec notamment l’absence de droit de douane à l’intérieur de ce territoire. La politique douanière qui y est en vigueur sert de modèle pour celle que met alors en place la Prusse dans le reste de ses terres. Le ministre des finances de Westphalie jusqu’en 1811, le comte von Bülow, sert à partir de 1813 le nouveau pouvoir dans ce sens. Par ailleurs, tout comme dans les États du sud, le besoin d’intégrer les territoires nouvellement acquis se fait particulièrement sentir et oblige à réformer le système douanier.

Les États du sud et la Prusse ont un intérêt à mettre fin aux barrières douanières qui ont cours dans les petits et nombreux États. Dans la période qui suit directement le congrès de Vienne le contraste est particulièrement marqué entre les territoires prussiens de l’ouest, la Rhénanie et la Westphalie très développés et ceux de l’Est essentiellement agricoles. Il convient de combler ce fossé aussi bien sur le plan administratif que politique. La politique douanière est un des leviers qui doit permettre d’y parvenir. La loi de 1818 en Prusse abolit les barrières internes au royaume et met en place une barrière avec l’extérieur assez modérée. Le transit est quant à lui fortement taxé. Cette loi permet de contenter les grands propriétaires terriens favorables à des échanges plus libres et les artisans qui veulent être protégés de la concurrence étrangère. Par ailleurs cette loi à le mérite de la simplicité et de l’efficacité, l’origine des personnes transitant ne fait pas de différence quant aux tarifs appliqués ce qui n’était pas le cas auparavant. Les aliments de base et les matières premières sont exemptés de taxe de douane. Les biens issus de l’artisanat, à l’exception du textile, sont eux modérément taxés. Les taxes sont par contre élevées pour l’épicerie fine et les denrées de luxe.

Le système douanier prussien sert donc de modèle pour les autres pendant les 50 années suivantes. À quelques amendements près, il reste inchangé jusque l’apparition de l’Empire allemand. Encore en 1871, les trois quarts des recettes proviennent des boissons, de l’épicerie fine, comme le café ou les produits coloniaux, du tabac et des denrées de luxe. Dans l’ensemble les tarifs douaniers prussiens sont plus élevés que ceux des petits États allemands mais restent inférieurs à ceux autrichiens, français ou russes.

Ces nouvelles règles accroissent la pression douanière sur les petits États voisins qui sont parfois compléments enclavés. Les taxes de transit élevées les incitent à considérer une intégration au système douanier prussien. Le premier à franchir le pas est le Schwarzbourg-Sondershausen. D’autres suivent aussitôt. Les États restants protestent contre cette concurrence déloyale à leur encontre. Ils considèrent que l’action de la Prusse est dirigée contre eux et ne sert que ses intérêts. Les États au-delà du Main et dans le nord de l’Allemagne cherchent à s’unir douanièrement pour se défendre contre la politique prussienne.

Dès 1820, le Wurtemberg prévoit de fonder une union douanière constituée des États de la « troisième Allemagne », c’est-à-dire les États allemands autres que la Prusse et l’Autriche. Cette initiative échoue à cause des intérêts divergents des différents membres potentiels. D’un côté le pays de Bade avec ses longues frontières et ses bonnes infrastructures adaptées au transit des marchandises est partisan du libre-échange, tandis que le gouvernement bavarois réclame une barrière douanière avec l’extérieur. Le seul résultat de ces négociations est un contrat commercial de courte durée entre le grand-duché de Bade et Hesse-Darmstadt. De nouvelles négociations ont lieu en 1825 à Stuttgart et conduisent à la formation de l’union douanière du sud de l’Allemagne entre la Bavière et le Wurtemberg. En réaction à ces deux unions douanières, prussienne et sud allemande, Hanovre, la Saxe, Hesse-Cassel, Nassau, Brême, Brunswick et Francfort forment en 1828 l’union commerciale d’Allemagne centrale. Cette fondation est soutenue par les autres puissances étrangères que sont la France, la Grande-Bretagne, l’Autriche et les Pays-Bas. Cette union est une union défensive pour la préservation du statu quo et n’est donc pas une véritable union douanière. Ses membres ne doivent pas entrer dans l’union douanière prussienne.

Le gouvernement prussien cherche à attirer de nouveaux membres dans son union douanière au moyen de pressions ou de cadeaux financiers. Le ministre des finances prussien Friedrich von Motz et son successeur Karl Georg Maaßen sont les principaux acteurs de cette tentative qui vise à la fois les États encore indépendants en la matière mais également ceux faisant déjà partie d’une union. Leur premier succès est l’entrée, à la surprise générale, du Hesse-Darmstadt, également courtisé par l’union sud-allemande, en 1828. Cela conduit dès 1829 à un effritement de l’union commerciale d’Allemagne centrale, avec le départ du Hesse-Cassel. Pour des raisons financières les États du sud et de l’ouest se montrent moins réticents à un rapprochement avec le système prussien. L’union sud-allemande n’a en effet pas rempli les objectifs qui lui étaient fixés, plus de 40 % des recettes sont consommées par ses frais de fonctionnement administratif. Ainsi alors que dans l’union douanière prussienne les taxes rapportent 24 sous par habitant, l’union sud-allemande en rapporte seulement 9,5.

En 1829, un contrat entre la Prusse et les États sud-allemands est signé sous l’impulsion de Johann Friedrich Cotta, marquant un rapprochement entre les deux unions douanières

Brazil Away DAVID LUIZ 4 Jerseys

Brazil Away DAVID LUIZ 4 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Il prévoit l’exemption de droit de douane pour le commerce intérieur. La révolution de juillet en 1830 augmente la pression autour de la politique douanière en faveur de plus de libéralisme. À l’époque le royaume de Hanovre tente encore d’empêcher la suprématie prussienne sur le domaine douanier en faisant entrer les institutions de la confédération germanique dans les négociations. Ceci échouant, il décide de former sa propre union : l’« association des taxes ».

Durant cette période de négociations, la Prusse gagne à sa cause la plupart des autres États de la confédération. Alors qu’elles progressent, notamment avec le grand-duché de Bade, l’union douanière-sud allemande et l’union douanière prussienne fusionnent officiellement le .

La Saxe et les États de Thuringe rejoignent la nouvelle union la même année. Le , la Zollverein entre en fonction, le traité doit être renouvelé tous les 7 ans.

Dans les années qui suivent, Bade, Nassau, Oldenbourg, Francfort et le Luxembourg intègrent dans la nouvelle union. Hanovre et Brunswick tous deux membres de l’association des taxes, suivent après la dissolution de ce précédent organe dans les années 1850. Cet espace de libre-échange au centre le l’Europe englobe tout d’abord 25 millions d’habitants en 1842 puis 30.

Parmi les États de la confédération germanique restant en dehors de l’union on trouve : l’Autriche, le Liechtenstein, Holstein, Mecklenburg-Strelitz et Mecklenburg-Schwerin. Ces deux derniers sont intégrés au Zollverein lors de l’unité allemande. Les villes hanséatiques de Hambourg, Brême et Lübeck intègrent l’union douanière en 1888, sans entrer dans le domaine douanière allemand. Niveau annexion, la guerre austro-prussienne de 1866 amène la nouvelle province prussienne de Schleswig-Holstein dans l’union. En 1871, l’Alsace-Lorraine est elle aussi incorporée.[réf. souhaitée]

Afin de ménager les petits États, les négociations concernant l’administration de l’union tentent de préserver l’égalité entre États membres. Le comité de direction de l’union est la « conférence de l’union douanière » dans laquelle les décisions doivent être prises à l’unanimité, autrement dit même les petits États ont un droit de véto. La conférence siège une fois par an sur une période de quelques mois, au maximum 6. Le lieu de la réunion est changeant. Les délégués envoyés par chaque État ont une obligation de présence. Chaque État a en principe une unique voix, mais la ville de Francfort ou les États de Thuringe délèguent leurs voix à d’autres États. En pratique la ville libre donne sa voix à Hesse-Nassau, les États de Thuringe les mutualisent dans l’« association douanière et commerciale des États de Thuringe ».

Le contrat fondateur de l’union est au départ conclu pour une période de 8 ans automatiquement reconductible. Durant son existence l’union ne se munit pas d’une administration centrale : chaque État administre soi-même son territoire en accord avec les décisions du Zollverein. Le seul organe centralisé est le « bureau central des factures » à Berlin qui est chargé de répartir les recettes entre les différents États membres en fonction de leur population et de la tenue des statistiques de l’union.

Les décisions de la conférence annuelle lient les membres et ne nécessitent pas de ratification ultérieure. Ce comité parvient à régler les questions liées aux douanes entre les membres. Son action concernant les taxes sur la consommation, les monopoles d’État, la standardisation est par contre un succès tout relatif. Concernant les taxes sur la consommation seule une partie des États rejoignent le système prussien, par exemple la Saxe et les pays de Thuringe. Cette disparité conduit à des problèmes administratifs dans l’union. Pour rétablir un certain équilibre des compensations financières sont accordées, plus tard une taxe de transit unifiée est prélevée. Les États possédant un monopole sur le sel ou les jeux de cartes interdisent les importations dans ces domaines. Par conséquent la contrebande de sel est un des problèmes persistants de l’union. Ces monopoles constituent une exception à la libre circulation des biens et obligent la mise en place de contrôle douanier à l’intérieur de l’union. Pour la standardisation des poids l’union préconise l’alignement sur le système prussien ou bavarois pour les autres États.

La capacité à signer des traités commerciaux avec les autres pays est capitale. Certes la Bavière et le Wurtemberg se sont gardés la possibilité de signer de manière séparée de tels traités, toutefois ils n’en font que rarement usage. En général les grandes lignes de ces traités sont discutées lors de la conférence annuelle, les détails de la négociation sont ensuite laissés à la Prusse, qui y associe parfois d’autres États membres. Cette méthode donne beaucoup d’importance à la Prusse, mais les traités devant finalement être ratifiés par chaque autre État qui peut donc entraver le processus. Cela mène parfois à de sérieux conflits.

La question de la nature juridique de l’union douanière conduit dès le départ à des débats. Georg Jellinek, Gerhard Anschütz et d’autre juristes d’État sont d’avis différents : cela va du simple traité entre États à la formation d’une fédération entre les États. Le seul point d’accord concerne le maintien de la souveraineté de chaque État, la formation d’un État fédéral est donc exclu. À cause de ses organes administratifs et de sa capacité à signer des traités internationaux en son propre nom, on ne peut considérer le Zollverein comme un simple traité, mais son rôle purement économique empêche également de parler d’une fédération. Aujourd’hui on parlerait d’une organisation internationale, une des premières avec la commission centrale pour la navigation du Rhin, mais ce terme n’existe pas à l’époque.[réf. souhaitée]

Les intérêts divergents des différents membres en matière de politique douanière conduisent à des tensions à l’intérieur de l’union. Le droit de véto de chaque membre ne simplifie pas les négociations, qui sont, de plus, parfois influencées par le contexte politique, sans que cela ait de réel lien avec les décisions. La première prolongation du contrat en 1842 pose déjà problème : ce n’est qu’au bout de longues négociations qu’une prolongation de 12 ans est conclue.

En 1852, la Prusse mène des négociations secrètes avec le royaume de Hanovre afin d’obtenir son ralliement à l’union. Cela aurait automatiquement conduit à des ajustements dans les accords préexistants. Les États du sud, poussés en cela par l’Autriche, refusent de donner leurs accords. L’Autriche tente au contraire de provoquer la dissolution de l’union en proposant la constitution d’une fédération douanière d’Europe centrale. Ce n’est que quand la Prusse résilie son contrat douanier qu’un consensus est trouvé. Peu de temps après, l’histoire se répète quand la Prusse traite avec l’Autriche de manière unilatérale. Le gouvernement prussien ne parvient à imposer ses vues concernant une modification du contrat douanier que grâce à la résiliation du contrat. Une situation semblable apparaît 10 ans plus tard quand la Prusse signe avec la France un traité associé au traité franco-anglais de 1860 avec un nouvel ajustement en 1862.

Ce contrat de libre-échange fait baisser 161 tarifs douaniers. Bien que les États du sud aient participé aux négociations, ils refusent, soutenus en cela par l’Autriche, de ratifier le contrat. La fin du blocage et la mise en application de ce traité ont lieu 3 ans plus tard. Le déblocage est provoqué par les menaces du nouveau ministre-président de Prusse Otto von Bismarck de sortir de l’union douanière.

Dans tous ces conflits, il faut remarquer la stabilité de l’institution. Même lors de la guerre austro-prussienne de 1866, qui voit s’affronter les différents membres de l’union where can i buy football jerseys, la Bavière, le Wurtemberg et le Hanovre continue à prélever les taxes de douanes et à les envoyer à Berlin. Le gouvernement prussien continue de son côté de les redistribuer comme si de rien n’était aux autres membres. Cette stabilité est en grande partie due aux avantages financiers qu’elle génère.

Selon ses contemporains, le Zollverein a surtout des effets positifs sur l’économie allemande. Les historiens ont longtemps débattu par la suite pour savoir si ce sont les nouvelles exigences nées avec l’industrie qui ont conduit à la formation de l’union douanière. Cette thèse a notamment été défendue par Friedrich List.

En Grande-Bretagne, des hommes politiques de premier plan comme Henry John Temple voient dans la mise en place du Zollverein un danger pour la position dominante de son pays sur les marchés industriels.

La croissance effrénée de l’industrie, de la production et de l’agriculture dans les années 1830 étaye cette théorie. Il faut toutefois noter que la fondation de l’union douanière n’est qu’une facette de la profonde transformation que subissent la société et l’économie allemande au XIXe siècle. Car si elle simplifie le développement industriel, elle ne crée pas en elle-même d’impulsion pour la croissance du domaine. Les dernières recherches montrent que la mise en place des nouvelles barrières n’a pas conduit immédiatement à des changements dans les flux de marchandises ou dans les prix des importations et des exportations. Dans le domaine de l’agriculture, c’est moins l’union douanière que des changements structurels à la fois lents et profonds qui provoque le décollage de la production.

Le Zollverein a à moyen terme une influence considérable sur le développement industriel. En premier lieu, les recettes qu’elle génère permettent à certains États d’investir afin de se moderniser et de construire des infrastructures. Ainsi le Wurtemberg finance dans les années 1830 une réforme agraire et des plans d’aide à l’industrie principalement grâce aux revenus provenant de l’union. L’union met également fin à la division de l’espace économique allemand qui est une des causes du retard économique par rapport à l’Angleterre notamment. Elle crée également une plus grande stabilité dans les rapports commerciaux, grâce à l’usage répandu dans les États membres du code du commerce prussien. Cette pratique se développe après l’échec du parlement de Francfort de 1848 à en promulguer un au niveau national. Ce n’est qu’en 1861 que le code du commerce général allemand fait son apparition. Le traité commercial de 1862, conçu autour du principe de la « nation la plus favorisée », garantit aux petits États leur droit à avoir des relations commerciales avec les autres pays, qu’ils soient européens ou non, dans les cas par exemple des États-Unis ou du Japon. Ce point n’est cependant sujet à controverse entre les États. Les problèmes liés au libre-échange sont plus complexes. Si la Prusse y est favorable, ce n’est pas le cas des États du sud qui réclament des barrières douanières pour protéger leurs industries textiles. Le Zollverein n’applique pas dans la pratique la même politique à tous les produits, ainsi si pour certains le libre-échange domine, pour d’autre on peut parler de protectionnisme comme pour la production de sucre à partir de betteraves, le coton ou le fer.

L’union permet de changer les mentalités en augmentant l’ambition des entrepreneurs qui deviennent prêts à investir au niveau national. Ainsi en 1837, 87 % des importations en biens manufacturés dans le sud de l’Allemagne proviennent de Prusse et de Saxe.

La formation des premières unions douanières entre États allemands avant le Zollverein a déjà mené à une augmentation des investissements dans les infrastructures de transport. À partir des années 1830, le rythme de construction des chemins de fer, très dépendant de la politique douanière, s’accélère. C’est également le cas pour les axes routiers et les voies fluviales.

L’augmentation du volume des échanges qui accompagne le libre-échange rend la construction de nouvelles voies de chemin de fer nécessaire. En 1835 la première ligne allemande s’ouvre, elle est longue de 6 km, en 1865 l’ensemble du réseau est long de 14 690 km. Cela accélère à son tour le développement des mines, de la sidérurgie et de l’industrie mécanique. Les coûts de transport baissent fortement, la sécurité d’approvisionnement s’améliore elle aussi permettant le transport de produits en grande quantité sans courir un risque économique important. Tous ces éléments favorisent le développement des grandes entreprises qui investissent toujours plus ce qui fait apparaître l’industrie moderne. L’union douanière et les chemins de fer sont complémentaires, Friedrich List les décrit déjà dans les années 1830 comme des « frères siamois » de la modernisation de l’Allemagne. La croissance économique permet de masquer les différences régionales, tous les États membres profitant de celle-ci. Certains dans les États du sud ont malgré tout peur d’une « colonisation interne » .

La politique douanière a un effet positif sur le développement industriel, tout du moins dans les années 1840. Les barrières douanières modérées sur le fer et le textile n’empêchent ni les nécessaires transferts technologiques, ni les importations de produits semi-finis ou finis depuis la Grande-Bretagne, tout en orientant le choix des clients allemands vers les fournisseurs de l’espace économique. Cela a également des effets positifs sur le commerce extérieur des membres de l’union. Les exportations allemandes augmentent à partir des années 1820, la formation de l’union douanière amplifie ce phénomène. La balance commerciale en profite dans les années 1830, avant de diminuer de nouveau avec la révolution industrielle, une augmentation importante des importations en biens manufacturés depuis les autres pays industrialisés s’opérant.

La levée des taxes de douanes étant unifiée dans l’union douanière, il devient nécessaire que les unités de mesure pour déterminer leurs montants s’harmonisent. En 1833, un début d’harmonisation sur les unités de poids a lieu entre différents États membres. L’unité choisie est la Zollpfund qui fait 500 g. Le quintal hesse-badois prend alors la valeur de 50 kg, soit cent fois l’unité de base.

Au début ces unités de l’union ne sont utilisées que pour le transit entre États, ce n’est qu’en 1858 que certains États commencent à les utiliser dans le commerce intérieur, cette tendance s’étendant progressivement. Seule la Bavière reste cramponnée à son ancien système de mesure avec une livre de 560 g jusqu’en 1871. L’influence des unités du Zollverein ne doit toutefois pas être surévaluée, leur diversité reste grande jusqu’à la formation de la confédération d’Allemagne du Nord.

Au niveau des devises deux systèmes monétaire prédominent dans la confédération germanique, dans le sud c’est le Gulden (Florin), au nord du Main le Taler. Les villes hanséatiques utilisent quant à elles le Mark. Dans les années 1820, la Prusse réussit à harmoniser son système autour du Taler. Le Zollverein incite à plus d’harmonisation en faveur du Taler prussien. Cet objectif n’est certes que partiellement atteint, mais les traités d’équivalence monétaires permettent une relative unité du système monétaire.

Le traité monétaire munichois du tente de régler les désordres monétaires de l’époque. Le pied de la monnaie courante est fixé à 24,5 florins et sert de base aux autres monnaies. Les pièces sont harmonisées en Bavière, Wurtemberg, Bade, Nassau, Schwarzburg-Rudolstadt ainsi que dans d’autres plus petits États. Cette décision suit le retrait des demi et quart de Taler, jugés de trop faible valeur à cause des dévaluations successives. Le Kreuzer est fixé à un taux de : 60 Kreuzer pour 1 florin. Le Kronentaler, continue d’avoir cours malgré le fait qu’il ne soit pas un multiple du florin

Argentina Home AGUERO 11 Jerseys

Argentina Home AGUERO 11 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, il vaut environ 162 Kreuzer.

Le traité monétaire de Dresde du permet de créer une équivalence entre le système du sud et celui du nord : le pied de 24,5 florins du sud a pour valeur un pied de 14 Taler. Le taux de change officiel partout est alors de 2 Taler = 3,5 florins. Cette décision entre en application dans tous les États membres le .

Le traité monétaire de Vienne du , le pied de 14 pour le Taler fondé sur le système d’unités du marc est remplacé par un pied de 30 avec le système d’unités de la livre (Zollpfund). On parle alors de Vereinstaler simple et double, ils ont cours jusqu’en 1907 en Allemagne avec un taux de change à 3 Marken par Taler. Le Taler devient la monnaie de prédilection dans l’union. À partir de 1857, dans presque toute l’Allemagne et l’Autriche à cours : 2 Taler = 3,5 florins sud-allemands = 3 florins autrichiens. Le Luxembourg et le Liechtenstein (seulement pour le Taler simple à partir de 1862) entrent provisoirement dans l’union monétaire.

En outre, des pièces dorées sont introduites, qui ne sont toutefois pas apparentées avec les futurs Goldmark (Mark or) en 1871. Les accords avec l’Autriche ne durent toutefois pas longtemps, le pays ne réussissant pas à lutter contre son inflation. Celle-ci étant amplifiée par l’impression de monnaie papier.

Pour résumer, un bloc Taler-florin fondé sur l’argent pour la monnaie est constitué grâce à l’union douanière. L’impression de billets de banque n’est par contre pas centralisée et reste de la responsabilité des États. En Prusse par exemple, c’est la Banque de Prusse, semi-étatique, qui en est responsable. Dans la pratique, les billets de banque prussiens dominent. L’impression de billets non-convertibles a d’ailleurs été interdite par le Zollverein. Richard H. Tilly défend que le Zollverein a accéléré de manière importante l’intégration monétaire allemande.

Les conséquences du Zollverein sur la fiscalité sont globalement positives. Les recettes augmentent, principalement à cause des taxes sur les produits coloniaux qui représentent en 1835 55 % des rentrées d’argent de l’union. Globalement, les recettes dues aux taxes de douane passent de 14,5 millions de Taler en 1834 à 27 millions en 1844. Cette croissance est nettement supérieure à celle de la population sur la même période. État par État, il faut nuancer ce constat. La Prusse est tout d’abord perdante avec le nouveau système, ses ressources diminuent de 25 %. Par la suite, la croissance permet en 1838 de retrouver le niveau antérieur. Cependant, elle représente une exception, les autres États profitant dès le départ de la hausse des recettes. La Bavière par exemple double ses revenus dès la première année, cela représente 22 millions de florins de profit sur les dix premières années. Pour les petits États de Thuringe, cela représente sur la même période 4 millions de florins. La Prusse renonce plusieurs fois à une partie de ses revenus au profit des autres États membres. Ces concessions financières permettent de renforcer son pouvoir politique.

Les tarifs douaniers ne sont pas qu’une question économique : dès les premières négociations interétatiques l’aspect politique a une part prépondérante.

Après la formation de l’Empire allemand en 1871, les historiens tel Heinrich von Treitschke voient dans l’union douanière le moteur de l’unification. Il est vraisemblable que lors de la formation de l’union douanière les dirigeants prussiens et allemands en général ne l’aient absolument pas prévu. L’idée de l’utilisation de l’union comme d’un tremplin vers l’unité vient des nationaux-libéraux allemands. Ainsi, dès 1840, Hoffmann von Fallersleben fait une comparaison entre les effets économiques de l’union douanière et de la confédération germanique, le tout sur un ton ironique.

Dans la chanson « Der Deutsche Zollverein » Hoffmann von Fallersleben écrit que les biens échangés au sein de la Zollverein ont plus apporté énormément à l’esprit patriotique allemand. David Hansemann réclame devant le parlement régional prussien de la province du Rhin la création d’une représentation nationale sur les bases des congrès du Zollverein. En 1847, lors de la réunion d’Heppenheim, Hansemann et Mathys élaborent un programme politique cherchant à utiliser l’unité économique et les liens politiques formés par l’union douanière afin de créer un parlement et un pouvoir exécutif de l’« union douanière » afin de contourner les institutions de la confédération germanique et de créer une base pour un pouvoir constitutionnel pour l’ensemble de l’Allemagne.

Ce n’est toutefois pas la voie que prend la révolution de mars 1848, quand elle appelle à la formation du parlement de Francfort.

Parmi les contemporains, beaucoup sont conscients de la dimension politique de l’union douanière dès le départ, parmi eux le ministre des finances prussien Motz, un des principaux investigateurs de l’union. En 1829, il pense que le Zollverein peut être l’outil pour imposer la formation d’une petite Allemagne sous domination prussienne. Il écrit : « Si la science politique dit vrai, en déclarant que les barrières douanières sont les conséquences des divergences politiques entre États, il doit être par conséquent également vrai, que la formation d’une union douanière et commerciale conduit également à l’unification dans un même système politique ». Le ministre des affaires étrangères autrichien Metternich reconnaît également rapidement le danger pour la monarchie autrichienne que constitue le Zollverein. Il le considère comme « une petite confédération à part, qui va petit à petit commencer à mettre au premier plan la poursuite de ses propres buts avec ses moyens ». La menace qu’il fait peser sur le statu quo dans la confédération germanique, censée être sous domination autrichienne, fait dire à Metternich en 1833 que l’union est « au plus haut point désavantageuse et une entité nouvelle qui n’augure rien de bon ». Afin de désamorcer la situation, il tente de faire entrer l’Autriche dans l’union. Toutefois l’homme d’État autrichien, malgré le soutien de son ministre du commerce et des industriels, ne parvient pas à convaincre l’Autriche, traditionnellement très protectionniste et par conséquent méfiante vis-à-vis du libre-échange, de la nécessité du changement. Et ceci malgré le fait que de nombreux contemporains comprennent que la formation du Zollverein renforce politiquement la Prusse.

Il convient cependant de nuancer, voir le Zollverein seulement comme un moyen de marquer sa domination sur l’Allemagne par la Prusse est très simplifié. L’entrée des autres États membres est surtout motivée par des raisons fiscales et économiques. L’union permet en effet aux petits États, qui sont pour la plupart très endettés, de commercer sur un territoire beaucoup plus grand reusable plastic water bottles. Ceci ajouté à la réduction des coûts administratifs et à la hausse des recettes constituent, sur lesquelles les souverains ne doivent pas rendre de compte, les convainc définitivement. L’union douanière a pour effet secondaire de réduire l’influences des parlements existants, qui comme la seconde chambre du grand-duché de Bade ou la chambre des représentants bavaroise ont un pouvoir de contrôle sur les impôts mais pas sur les recettes douanières. Dans certains États, le Zollverein est intégré uniquement afin d’éviter au souverain de devoir mettre en place une constitution. En Prusse par exemple, les ressources financières générées par l’union arrivant directement au gouvernement, les lois sur le contrôle parlementaire peuvent être contournées. La loi prussienne de 1820 prévoit en effet que pour lever un emprunt le roi a besoin du vote d’une représentation nationale, grâce aux recettes douanières il peut éviter de le faire jusqu’en 1847 et la convocation du parlement uni prussien.

À moyen terme, le Zollverein compense dans l’opinion publique la perte de l’unité nationale et sert ainsi d’instrument de l’intégration nationale. Les intérêts économiques de l’époque coïncident parfaitement avec ceux de la couronne prussienne. Il y a parfois néanmoins des volontés d’étendre l’union à l’Autriche, comme celle de List qui veut une union grande-allemande ou Georg Waitz, qui au parlement de Francfort voit dans l’union douanière avec l’Autriche les bases d’une domination sur l’Europe . Dans l’opinion des libéraux, après le scepticisme initial, surtout dans le sud de l’Allemagne à cause de la domination prussienne qu’elle implique, le Zollverein est perçu globalement comme une chose positive.

À l’inverse de la confédération germanique qui est associée à la Restauration et à la répression, le Zollverein est vu comme un élément dynamique et constructif dans le processus de changement sociétal en cours.

Dans les années 1850, avec l’entrée de Hanovre et Brunswick dans l’union, associée à la signature d’un accord commercial avec l’Autriche, la solution grande-allemande semble encore réalisable aussi bien sur le plan économique que politique. L’année 1864 voit cette solution s’éloigner, la Prusse menaçant de sortir de l’union si elle ne prend pas une direction plus libérale. Durant ces nouvelles négociations, le gouvernement prussien utilise les désaccords pour servir ses vues hégémoniques sur l’Allemagne. En 1865, l’Autriche est d’un point de vue douanier de nouveau un pays complètement étranger à l’Allemagne.

La création de la confédération d’Allemagne du Nord a de nombreuses conséquences pour le Zollverein. En premier lieu, de par sa constitution elle ne forme qu’un seul membre au sein de l’union douanière. Ce simple fait impose une réorganisation, qui a lieu en juin 1867 lors de la conférence annuelle de l’union. Le nouveau contrat est signé le et entre en fonction le .

Ce contrat anticipe le fonctionnement d’une politique douanière et commerciale dans un État fédéral. Il dispose d’une institution fédérale tout d’abord, qui est par la suite transmise à l’Empire allemand. Un parlement du Zollverein est constitué, il a deux chambres : le Zoll-Bundesrat et le Zollparlament. Le processus de décision est désormais à la majorité, le droit de véto disparaît et les décisions qui y sont prises lient les États membres directement. Le dirigeant de l’union est le Zollpräsidium, fonction confiée au roi de Prusse. Il a pour rôle de préparer les traités commerciaux et de contrôler l’application des décisions prises.

La structure adoptée montre à quel point l’union douanière et la confédération sont entremêlées. Le Zollbundesrat représentant les États membres n’est autre que Bundesrat de la confédération auquel sont ajoutés les représentants des États du sud de l’Allemagne. Le Zollparlement est élu, tout comme celui de la confédération, au suffrage universel direct. Sur le même principe que le Bundesrat, le premier parlement de l’union a pour membres ceux du parlement de la confédération de l’Allemagne du Nord plus des membres élus dans les États du sud.

Le parlement de l’union se réunit 3 fois entre 1868 et 1870. Les bases d’une unité économique y sont posées, elles sont par la suite directement reprises par l’Empire allemand. Cette nouvelle organisation désignée par le terme « seconde Zollverein » est complétée par les territoires nouvellement conquis du Schleswig-Holstein, du Mecklenburg-Schwerin et du Mecklenburg-Strelitz.

Durant cette période, l’harmonisation des droits de douanes est achevée, les exceptions qu’étaient les monopoles sur le sel sont annulées en 1867, celles concernant les barrières douanières sur les rives du Rhin en 1868.

La constitution de l’Empire allemand de 1871 prévoit que le nouvel État ait un domaine douanier et commercial unique, même si Hambourg et Brême conservent leur port-libre jusqu’en 1888 et donc restent en dehors du domaine douanier impérial.

Les contrats signés du temps du Zollverein restent en application, mais leur application est désormais du ressort de l’Empire. Il doit ainsi prélever les taxes de douane aux frontières. Au départ, la politique économique est conduite par la chancellerie, par la suite un nouveau portefeuille est créé. Les fonctions législatives sont elles reprises par le Reichstag. Le Zollverein devient donc superflu.

Une de ses reliques est le traité unissant le domaine douanier au Luxembourg, qui n’est aboli que lors du traité de Versailles en 1919.

Après l’unification le Zollverein est décrit comme un cadeau de la Prusse pour le bien de l’Allemagne. Treitschke reprend ainsi à son compte l’argumentaire pro-union de l’opposition libérale des années 1840, mais cette fois-ci pour défendre le conservatisme. Le Zollverein et la confédération germanique forment selon-lui « deux institutions communes aux Allemands : une basée à Francfort est celle des semblants, l’autre basée à Berlin est celle du vrai travail. » Gustav Schmoller rend également hommage à la Prusse pour la formation de l’union, mais en il se focalise davantage sur la question industrielle que sur la question de l’unité nationale. Cette vision du Zollverein est majoritaire jusque dans les années 1970. Wilhelm Treue considère ainsi que la politique économique prussienne est le facteur déterminant dans l’industrialisation allemande. Un peu comme Schmollet et Wilhelm Roscher, il voit l’union douanière comme un élément nécessaire à cette transformation de l’économie et considère sa création comme « l’événement le plus important dans l’histoire allemande » entre 1815 et 1866 .

L’historiographie allemande a longtemps été influencée par les thèses historiciste et il a fallu beaucoup de temps pour que de nouvelles méthodes et manières de penser venues de l’étranger s’imposent. Un pionnier est William Otto Henderson qui écrit un essai novateur en 1939, où il prend plus de recul par rapport aux événements et tente de mieux faire la part des choses.

Pour des raisons idéologiques, les nouvelles recherches menée en RDA remettent en cause les idées établies concernant le Zollverein. Ainsi Karl Obermann considère dans les années 1980 que le Zollverein est une concession économique de la noblesse réactionnaire à la bourgeoisie pour renforcer son propre pouvoir.

Dans les recherches ouest-allemandes les interprétations traditionnelles sont certes remises en cause mais de manière plus ponctuelle. Il faut attendre les années 1970 pour voir paraître des analyses complètes sur la question. L’intégration européenne font renaître le débat politique entre partisans de la CEE et ceux de l’Association européenne de libre-échange. Les deux camps tentent de légitimer leurs positions en se référant à l’union douanière allemande. Les défenseurs de la CEE argumentent que l’union douanière a contribué à l’unification politique allemande, alors que les partisans du libre-échange mettent en lumière le fait que le libéralisme économique de la Zollverein a permis à l’Allemagne de s’intégrer dans l’économie mondiale. Wolfram Fischer prend part au débat et voit dans l’union douanière allemande le modèle historique de la CEE. Ses recherches de l’époque montrent l’importance de la politique fiscale dans l’union, ce qui contredit les thèses de Treitschke qui y voyait un système aux visions à long terme. L’union est selon lui plutôt un système construit pour pallier les besoins les plus urgents.

Depuis lors la complexité des processus économiques en œuvre dans l’union douanière est étudiée, avec notamment l’étude de leurs interactions. On peut citer les écrits de Hans-Werner Hahn ou de Rolf H. Dumke. Les différentes publications sont d’accord sur le point que le Zollverein poursuivait différents buts en même temps. L’opinion dominante est que la création de la zone semble être moins due à l’envie de mener une politique favorable au développement de l’industrie, qu’aux gains fiscaux et en matière de pouvoir qu’elle devait générer. Cela ne contredit en rien le fait que l’union a très certainement contribué au développement de l’industrie. Dans cette perspective, le Zollverein est perçu de nos jours comme un des facteurs, peut-être pas le plus important d’ailleurs, qui a permis à l’Allemagne de rattraper son retard en matière de développement par rapport à la Grande-Bretagne.

Hanshan Temple

Coordinates:

Hanshan Temple (Chinese: 寒山寺; pinyin: Hánshān Sì); literally: “Cold Mountain Temple“, is a Buddhist temple and monastery in Suzhou, China. It is located at the town of Fengqiao (lit. Maple Bridge), about 5 kilometres west of the old city of Suzhou.

Traditionally, Hanshan Temple is believed to have been founded during the Tianjian era (502–519) of the reign of Emperor Wu of Liang, in the Southern and Northern Dynasties period. The current name of the monastery derives from Hanshan, the legendary monk and poet cool football jerseys. Hanshan and his disciple Shide are said to have come to the monastery during the reign of Emperor Taizong of Tang (627–649), where Hanshan became the abbot electric sweater shaver.

Hanshan Temple is famed in East Asia because of the poem “A Night Mooring by Maple Bridge” (楓橋夜泊), by Tang Dynasty poet, Zhang Ji. The poem describes the melancholy scene of a dejected traveller, moored at night at Fengqiao, hearing the bells of Hanshan Temple:

月落烏啼霜滿天,
江楓漁火對愁眠。
姑蘇城外寒山寺,
夜半鐘聲到客船。
Yuè luò wū tí shuāng mǎn tiān,
Jiāng fēng yú huǒ duì chóu mián.
Gūsū chéngwài Hánshān Sì,
Yèbàn zhōngshēng dào kèchuán.

The moon is going down
And the crows make a ruckus
The sky is covered with frost
There are maples on the riverbank
And the lights of fishing boats
Drift with the current
I fall into a sad sleep
from the monastery on Cold Mountain
The sound of the bell
Reaches the guest boat at midnight

The poem is still popularly read in China, Japan and Korea. It is part of the primary school curriculum in both China and Japan. The ringing of the bell at Hanshan Temple on Chinese New Year eve is a major pilgrimage and tourism event for visitors from these countries.

Two bells are currently used at Hanshan Temple, both dating from the late Qing Dynasty when the temple was last rebuilt. One was forged in China in 1906, and the other was forged in Japan at around the same time. The dedication on the bell was written by Japanese Prime Minister Itō Hirobumi. The original Tang Dynasty bell is believed by some (including Itō Hirobumi and modern Chinese statesman Kang Youwei) to have been taken to Japan in ancient times. These two factors have roused some nationalistic controversy among Chinese and Koreans (see, for example, ).

A new 108 tonne bell commissioned by Hanshan Temple and built by a foundry in Wuhan was completed recently, and is on its way to Hanshan Temple to replace the hundred years old Japanese built bell. The new bell is 8.5 metres high and 5.2 metres in diameter at its widest.[citation needed]

A Hanshan Temple (pronounced kanzan-ji in Japanese) was established in Ōme, Tokyo reusable plastic water bottles, Japan in 1929

Hochfelden (Bas-Rhin)

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : France

Hochfelden (prononcé [oxfɛldən] ; alsacien : ‘Hohfalde’ [hof’.ɑldɛː]) est une commune française de la plaine d’Alsace située à 23,5 km au nord-ouest de Strasbourg dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace.

En 2013, la population légale est de 3 516 habitants. Bourg de milieu rural, Hochfelden est le chef-lieu de la communauté de communes du Pays de la Zorn et ancien chef-lieu d’un canton éponyme.

Hochfelden est une bourgade alsacienne du nord-est de la France située à 382,5 km à l’est de Paris ; entre Metz (108,6 km) et Strasbourg (23,5 km). Au niveau départemental, les villes les plus proches sont Saverne (15,5 km), Brumath (10,5 km) et Haguenau (17,5 km).

Les montagnes du massif des Vosges et la plaine d’Alsace ont pour prolongement en Allemagne, la plaine du Pays de Bade et le massif de la Forêt-Noire. Cet ensemble a pour origine le bombement d’une pénéplaine post-hercynienne. Cette déformation fut causée par une compression engendrée par la formation (ou orogenèse) des Alpes. Ce bombement s’est vu suivre par un effondrement tectonique central où le Rhin, de Bâle à Francfort, constitue le graben central. Du côté alsacien, le piémont des Vosges est formé par les collines dites sous-vosgiennes dont les sols sont constitués de roches calcaires. C’est une zone de transition entre les grès et les granites des Vosges et les alluvions de la plaine d‘Alsace. Ces collines s’étirent à l’est des Vosges sur plus de cent kilomètres du nord au sud de l’Alsace sur une largeur allant de deux à vingt kilomètres. Les montagnes vosgiennes constituent une barrière aux précipitations atmosphériques venant de l’ouest. La pluviométrie est donc moins importante sur les collines sous-vosgiennes que sur le versant lorrain, le climat y est plus sec et plus chaud.

Le territoire de Hochfelden est situé sur le champ de fracture de Saverne ; ceci fait que son relief se caractérise par les vallonnements des collines sous-vosgiennes. Les altitudes observées à Hochfelden se situent entre 153 et 218 mètres. La majeure partie des habitations de la bourgade sont construites sur un même flanc de colline. La mairie située au centre-ville est construite à une altitude de 180 mètres. Un peu plus haut, l’église catholique est édifiée au sommet de cette éminence ; ceci fait que son haut clocher est visible de loin. L’altitude la plus haute se signale sur la colline du Scherlenheimerberg (218 m) mais son sommet se situe sur le finage de Scherlenheim à 222 m. Les points les plus bas se rencontrent dans le lit de la rivière de la Zorn, 159 mètres vers Melsheim et 153 mètres vers Schwindratzheim. À l’est du bourg, le flanc de la colline du Galgenberg s’élève à partir de 158 mètres au niveau du ruisseau Bachgraben jusqu’à 202 mètres en limite avec le finage de Schwindratzheim.

La grande voie de communication qu’est l’autoroute A4 traverse de part en part, au nord du bourg, le territoire communal. Pour y accéder, il est nécessaire de se rendre vers la sortie autoroutière sortie 46 de Hochfelden au niveau du péage de Schwindratzheim à 2 km de distance. Une autre rocade est la sortie autoroutière sortie 45 de Saverne à 15 km de distance.

Hochfelden est un nœud routier de plusieurs voies d’importance départementale. La route départementale 25 (ou RD 25) relie Pfaffenhoffen située au Nord à Wasselonne située au Sud. Une portion de cette route a été transformée en chemin vicinal entre Hochfelden et le carrefour entre Alteckendorf et Bossendorf. L’origine de ce fait est la mise en service de l’autoroute A4. Cette portion est remplacée par la RD 32 entre le carrefour précité et le péage autoroutier et par la RD 100 entre le péage et Hochfelden. La RD 59 relie Hochfelden à Griesbach-le-Bastberg située au Nord-Ouest, tandis que la RD 7 relie Hochfelden à la pittoresque cité de Bouxwiller. La RD 421 relie Saverne à Brumath. Cette voie traverse d’Ouest en Est le centre-ville de Hochfelden (rue du 23 novembre, rue Lebocq, rue des Manteaux-rouges, route de Strasbourg). Entre le 17 octobre 2006 et le 1er avril 2009 cette route fut interdite par arrêté préfectoral pour le transit des poids-lourds de plus de 7,5 tonnes entre Dettwiller et Mommenheim.

Située sur le canal de la Marne au Rhin entre Saverne et Strasbourg, Hochfelden possède un port de plaisance. Le chemin de halage du canal est emprunté par le grand itinéraire cyclable EuroVelo 5 (EV5 Via Romea Francigena de Londres à Rome/Brindisi).

La première mention du bourg remonte à l’an 816 lorsqu’un dénommé Théodoric y établit un acte de donation au profit de l’abbaye de Wissembourg (actum hoc feldis publice…). Une autre mention date de l’année 1065 lorsque l’empereur Henri IV du Saint-Empire donne la villa Hochfeld à un comte Eberhard. Les autres graphies sont Hoffelden en 826, ou Hochvelden en 1246.

Hochfelden, prononcé [oxfɛldən] est composé de deux mots d’origine germanique ; hoch « haut&nbsp

United States Away MORGAN 13 Jerseys

United States Away MORGAN 13 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;» et Feld « champs », avec une désinence -en, alors que le pluriel allemand est -er. Le toponyme signifie donc en langue française « le(s) haut(s) champ(s) », le bourg étant édifié sur une colline qui surmonte la vallée de la Zorn. Le toponyme en langue alsacienne est Hohfalde, prononcé [hof’.ɑldɛː].

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006.

En 2014, la commune comptait 3 528 habitants, en augmentation de 7 reusable water bottle that looks like a water bottle,53 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

La Brasserie Meteor est fondée à Hochfelden en 1640. Elle est aujourd’hui la première brasserie indépendante d’Alsace et revendique le titre de plus ancien site brassicole de France.

« ANNO DNI M.CCCC.XXXV. UF MITWOCH NOCH SANT ULRICHZ DAG IST DIESZER GEBU ANGEVANGEN UND SINT DIS DIE BUMEISTER MIT NAMEN HEINRICH VON ACHENHEIM GENANT VON LUTENHEIM CLAUS SCHORLIN UND HANS LOBEL PFLEGER »

Les armes d’Hochfelden se blasonnent ainsi :
« De gueules à Saint Pierre de carnation, chevelé et barbé d’argent, auréolé d’or, habillé d’une tunique aussi d’argent, ceinturée d’or, et d’un manteau du même reusable plastic water bottles, tenant de sa dextre une clef d’argent et de sa senestre un livre ouvert du même. ».

208), (ISSN )

Sur les autres projets Wikimedia :

Sniper: Ghost Warrior

Sniper: Ghost Warrior (även känt som S: GW) är ett actionspel publicerat och utvecklat av det polska spelföretaget City Interactive. Det släpptes den 24 juni 2010 i Europa och den 29 juni i Nordamerika jerseys on sale. I spelet tar man rollen som en amerikansk prickskytt. Spelet handlar om en specialtränad prickskyttsgrupp som skickas till ett fientligt territorium, i ett försök att hjälpa rebellerna på Isla Trueno, ett fiktivt latinamerikanskt land, i deras kamp mot den armé som störtade deras tidigare regering efter en stor statskupp​​.

En uppföljare till spelet, med titeln Sniper: Ghost Warrior 2 spongebob toothpaste dispenser, släpptes under 2012.

Spelaren tar rollen som tre karaktärer under spelets olika uppdrag, som var och en är en prickskytt. Under långvariga uppdrag och inom smyguppdrag tar man rollen som sergeant Tyler Wells. Man kan även spela som Delta Force-soldaten Anderson och en mexikansk rebellsoldat vid namn El Trejon. Handlingen i spelet kretsar kring ett vältränat specialförband som skickas in i det påhittade landet Isla Trueno, vars demokratiska regering har störtats av en ultranationalistisk fientlig styrka. Det är gruppens uppgift att utbilda och hjälpa rebellerna i regionen att slå tillbaka fienden genom att angripa dem under olika prickskytte- och närstridsuppdrag.

Spelets banor varierar från mestadels djungelliknande områden med städer och bergsområden till fabriker och oljeplattformar. När man spelar som prickskytt måste man hållas dold från fiender och förflytta sig ljudlöst in på fiendens territorium. Om man blir upptäckt av fienden kommer man att avslöja sin position för fienden och man misslyckas med uppdraget. Spelaren kan dessutom använda taktisk utrustning för att distrahera närbelägna fiender reusable plastic water bottles, som exempelvis Claymore-minor, C-4-sprängmedel eller att utlösa explosioner genom att skjuta på explosiva föremål

United States Away BEDOYA 11 Jerseys

United States Away BEDOYA 11 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

I spelets flerspelarläge kan spelare köra antingen online eller via LAN för att spela med upp till tolv spelare i tre olika flerspelarlägen på sex spelkartor.

De tre flerspelarlägena är Deathmatch, Team Deathmatch och VIP. VIP-läget påminner om spelläget King of the Hill, där “kungen” får ytterligare bonuspoäng om man dödar andra spelare i motståndarlaget. Spelare på motsatta sidan får bonuspoäng om man dödar ledarna i motståndarlaget. Den spelare som får fler bonuspoäng än kungen, kommer att ersätta honom.

Adobe Flash

Adobe Flash (in precedenza FutureSplash e poi Macromedia Flash) è un software per uso prevalentemente grafico che consente di creare animazioni vettoriali principalmente per il web. È utilizzato inoltre per creare giochi o interi siti web e grazie all’evoluzione delle ultime versioni è divenuto un potente strumento per la creazione di Rich Internet Application e piattaforme di streaming audio/video. È inoltre incorporato nei Media Internet Tablet (M.I.T.) della Archos.

Flash permette di creare animazioni complesse e multimediali. All’interno di esse infatti si possono inserire:

Inoltre permette di creare animazioni interattive, grazie alla presenza di un linguaggio di scripting interno. Tramite questo linguaggio, denominato ActionScript e basato su ECMAScript, è possibile applicare comportamenti agli oggetti o ai fotogrammi dell’animazione. Inizialmente erano presenti solo poche azioni, ma di recente ActionScript è diventato uno strumento molto potente. Grazie ad esso si possono creare infatti menu, sistemi di navigazione, GUI, siti web completi e giochi anche complessi.

Un’altra caratteristica importante è la possibilità di mantenere simboli riutilizzabili in una libreria. Esistono diverse tipologie di simboli, fra i quali semplici oggetti grafici, clip filmato (sotto-animazioni con una timeline propria e indipendente da quella principale), pulsanti, oggetti bitmap, ecc. Questa caratteristica è importante in quanto permetteva di:

Per visualizzare i siti e le applicazioni creati con flash e Flex, Adobe mette a disposizione gratuitamente il player.

L’ultima versione pubblicata è la 23.0.0.205, disponibile per Microsoft Windows 98, Me, 2000, XP, Server 2003, Vista, 7, 8, 10, Server 2008, Server 2012, macOS e Linux (come parte del browser Google Chrome).

Il player è disponibile in versione stand-alone e come plugin per i browser (o controllo ActiveX per Internet Explorer).

Lo stesso player è disponibile per altre piattaforme quali Pocket PC, Maemo, OS/2, Sun Solaris, Symbian, HP-UX, IRIX. Anche la Playstation 3 e la console casalinga Nintendo Wii, supportano la visualizzazione del filmati SWF, la prima tramite un plug-in proprietario (alla versione 7), le seconda tramite il plug-in per il browser integrato(alla versione 9) authentic football shirts, la terza anch’essa tramite il plug-in del browser Opera integrato.

È disponibile anche una versione del Flash player Macromedia per dispositivi mobili, denominato Macromedia Flash Lite e giunto alla versione 3, che permette la visualizzazione di filmati flash.SWF direttamente su cellulari e altri device.

Il principale software libero per vedere animazioni Flash è Gnash.

Nel mondo Internet il formato Flash (estensione.swf) degli oggetti creati con l’omonimo programma coffee thermos bottle, rappresenta ormai uno standard per la creazione di contenuti animati ed interattivi.[senza fonte]
Ormai la quasi totalità dei browser supportano il plug-in del player che consente la visione, appunto, di animazioni di grafica vettoriale così come la visione in streaming di filmati video. Windows XP, ad esempio, include di default la versione 5 del controllo ActiveX per Internet Explorer.

Attualmente (2012) i dispositivi mobili (smartphone e tablet) sembrano orientati a non supportare più in futuro il formato Flash. Già ora sono diversi dispositivi a non avere a bordo un flash player (iPhone e iPad di Apple, Lumia di Nokia used meat tenderizer for sale, Xperia di Sony, Galaxy di Samsung) dichiarando il pieno supporto al nascente HTML5.

Il sito di Adobe permette di controllare la percentuale di utenti raggiunta dalle diverse tecnologie web e la distribuzione globale delle varie versioni del player.

A partire dalla versione 11, il Flash player per Linux richiede CPU con supporto alle estensioni SSE2.

Secondo il sito encoding.com nel 2015 solo il 6% dei siti web richiedeva Flash Player per poter visualizare video, le stime indicano il 2018 come anno in cui i siti web che richiederanno Flash Player saranno inferiori all’1% del totale. Chrome dal 2017 non visualizzerà più siti e contenuti in flash in modo predefinito. Firefox e Chrome da inizio 2018 non supporteranno più Flash Player. La maggior parte dei siti web abbandonerà Flash player in favore di HTML5 entro il 2018 in quanto non supportato da numerossisimi dispositivi. La stessa Adobe ammette che ormai è preferibile utilizzare HTML5 anziché Flash per sviluppare siti web.

Flash Player può essere un rischio per la privacy dell’utilizzatore poiché può immagazzinare sul suo hard disk file.sol che funzionano come cookie, e che potrebbero non essere riconosciuti dai più comuni software anti-malware qualora il loro uso sia maligno. Per proteggersi si possono cercare i file.sol con le funzioni di ricerca, e poi cancellarli manualmente, ma è necessario conoscere il loro uso attuale per evitare inconvenienti. È comunque possibile modificare (ed eventualmente disattivare) questa caratteristica dal di Flash Player. È importante sapere che dopo aver disattivato questa funzione non sarà possibile utilizzare applicativi flash che memorizzano risorse localmente, come alcuni giochi online, se l’autore degli stessi non ha previsto questa evenienza.

Flash Player è stato oggetto di critica da molti studiosi in quanto rende la navigazione web instabile, portando al blocco delle pagine web, inoltre è soggetto a numerosi problemi di sicurezza che via via vengono risolti con le nuove versioni di Flash Player.

Bierpalast

Ein Bierpalast oder eine Bierhalle ist eine Gaststättenform, die besonders im Deutschland des 19. Jahrhunderts populär wurde. In Brauereistädten wie München healthy glass water bottles, Dortmund oder Berlin entstanden Säle von bis zu 1500 m² Fläche, oft bei angeschlossenen Brauereien mit gemütlichen Braustuben.

Die Paläste entstanden im Zuge der Romantik, dem aufsteigenden Nationalbewusstsein und dem damit verbundenen Rückgriff auf das Mittelalter, als das Bier als Getränk auch höherer sozialer Schichten akzeptabel wurde. Vor allem die Brauereien errichteten repräsentative Bauten, die in ihrer Größenordnung an Industriegebäude erinnerten und so in der Lage sein sollten, das ganze Volk und alle sozialen Schichten zu beherbergen.

In einem bewusst schlicht gehaltenen historistischen Stil, oft in der Dekoration mit ironisch konnotierten Bezügen auf „altdeutsche“ Trinkgewohnheiten versehen wholesale socks nyc, entwickelten sich diese Gebäude oft zu wichtigen Kennzeichen der Stadt. Dies gilt insbesondere für München: dort entstanden beispielsweise das Hofbräuhaus, der Mathäser als seinerzeit größter Bierausschank der Welt, der Löwenbräukeller oder der Bierpalast bei der Brauerei zum Münchner Kindl.

Bierpaläste waren bis zum Ende des 19 football socks uk. Jahrhunderts populär und führten zum Export der Bauform in das restliche Europa reusable plastic water bottles. Um 1900 bremsten gesellschaftliche Veränderungen diesen Trend, bis nach dem Ersten Weltkrieg überhaupt keine neuen Bierpaläste mehr gebaut wurden.