Tag Archives: running mobile phone holder

Jewgeni Iwanowitsch Samjatin

Jewgeni Iwanowitsch Samjatin (Евгений Иванович Замятин, wiss. Transliteration Evgenij Ivanovič Zamjatin; * 20. Januarjul./ 1. Februar 1884greg. in Lebedjan; † 10. März 1937 in Paris) war ein russischer Revolutionär und Schriftsteller.

Während seines Studiums als Schiffbauingenieur in Sankt Petersburg schloss er sich den Bolschewiki an. Er agitierte für die Partei, organisierte den Aufstand auf dem Panzerkreuzer Potemkin mit und beteiligte sich, nach der Februarrevolution 1917 aus der englischen Emigration nach Russland zurückgekehrt, aktiv an der Oktoberrevolution.

Gemäß Wolfgang Kasack „ernüchterte“ ihn „die Realität mit ihrer Gewalt, dem Primat der Ratio und der Leugnung des seelischen Lebens“. 1920 beschrieb er in dem Roman Wir eine fiktive Gesellschaft, in der jegliche Individualität unterdrückt wurde. Samjatin zog sich aufgrund der indirekten Kritik an der sich im Aufbau befindenden sowjetischen Gesellschaft den Unmut der Parteiführung zu und erhielt Schreibverbot.

Der Roman Wir wurde 1924/25 in verschiedenen Sprachen im Ausland veröffentlicht. Erst 1988 erschien das Werk in der Sowjetunion in vollständiger russischer Fassung. Neben Wir veröffentlichte Samjatin auch verschiedene Märchen (Der Gott, Märchen über Fita etc best rated water bottles.). 1929, nach schlimmster Hetze gegen ihn, verließ Samjatin, der zu Beginn der 20er-Jahre eine Ausreisemöglichkeit abgelehnt hatte (ein Ausreisevisum lag ihm vor), den sowjetischen Schriftstellerverband. 1931 erhielt er über Maxim Gorki die Erlaubnis Stalins, nach Frankreich auszureisen. Samjatin behielt bis zu seinem Lebensende die sowjetische Staatsbürgerschaft. Er starb 1937 in Paris und ist auf dem Friedhof von Thiais begraben.

Später erschienene Romane anderer Autoren wie Schöne neue Welt von Aldous Huxley, 1984 von George Orwell personalized stainless steel water bottles, Anthem von Ayn Rand, Nein – Die Welt der Angeklagten von Walter Jens und teilweise auch Fahrenheit 451 von Ray Bradbury weisen viele Ähnlichkeiten mit Samjatins Wir auf.

Libretto

Gare de Planès

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

La gare de Planès est une gare ferroviaire française de la ligne de Cerdagne (voie métrique), située sur le territoire de la commune de Planès, dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie where can you buy football jerseys.

Elle est mise en service en 1910 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne.

C’est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par le Train Jaune, train TER Languedoc-Roussillon spécifique pour la ligne de Cerdagne.

Établie à 1 373 mètres d’altitude, la gare de Planès est située au point kilométrique (PK) 25,222 de la ligne de Cerdagne (voie métrique), entre les gares de Sauto et de Mont-Louis – La Cabanasse.

On atteint la gare après avoir franchi le pont de Cassagne (dit pont Gisclard) how to make beef meat tender.

En août 1910, le Conseil général émet le vœu qu’avant la livraison de la ligne à la Compagnie, l’État construise le chemin d’accès permettant de relier la halte au « chemin d’intérêt commun » no 32. Dans sa réponse du 9 août 1911, le Ministre rappelle que le chemin d’intérêt commun no 32 permet le lien entre les quatre villages qui constituent la commune et que la halte est reliée à ce chemin par une « avenue d’accès spécial », d’environ 85 m de long, et le chemin vicinal ordinaire no 5 d’une longueur d’à peu près un kilomètre. L’avenue et le chemin ayant un revêtement empierré d’une qualité équivalente, voir meilleure pour l’avenue, les ingénieurs jugent que l’avenue n’a pas à être d’un meilleur état que le chemin dont l’entretien revient à la commune.

La halte de Planès est mise en service le 18 juillet 1910, avec la première section de Villefranche à Mont-Louis, par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne.

Halte SNCF, c’est un point d’arrêt non géré (PANG) à entrée libre. Les voyageurs disposent d’un quai avec un panneau d’information avec les horaires. L’arrêt du train étant facultatif, il faut se signaler dans le train ou depuis le quai pour demander l’arrêt.

Planès est desservie par des trains TER Languedoc-Roussillon (Train Jaune) qui effectuent des missions entre les gares de Villefranche – Vernet-les-Bains et de Latour-de-Carol-Enveitg.

La gare de Planès présente la particularité de n’être accessible qu’à pied par un chemin depuis le village de Planès (environ 20 minutes de marche). Depuis la gare on peut rejoindre, à pied, le pont Gisclard soit au niveau des piles, soit au niveau du tablier running mobile phone holder.

Sur les autres projets Wikimedia :