Tag Archives: water bottle backpack running

Federación Boliviana de Natación

Si has iniciado sesión, puedes ayudarte del corrector ortográfico, activándolo en: Mis preferencias → Accesorios → NavegaciónCheck mark.png El corrector ortográfico resalta errores ortográficos con un fondo rojo.

La Federación Boliviana de Natación o FEBONA es la federación de natación de Bolivia.

La FEBONA está afiliada a la Federación Internacional de Natación (FINA).​ La sudante de la federación es Silvia Crespo.

La FEBONA está a cargo de regular y controlar los campeonatos nacionales bolivianos de Natación los cuales son:

Es el campeonato más importante del país y está disponible para todos los competidores mayores de 13 años, este campeonato es de carácter absoluto es decir sin categorías, se realiza una vez cada año y puede tener como sede a cualquier ciudad capital de departamento en Bolivia excepto Cobija, sin embargo usualmente se realiza en las ciudades de Sucre classic replica football shirts, Santa Cruz de la Sierra y Cochabamba por la calidad de sus piscinas water bottle backpack running.

Es un torneo nacional para nadadores de 10 a 25 años de edad cuyas marcas en 2 pruebas deben alcanzar el 75% de aproximación al récord nacional al hacer eso entran a la categoría Promocional y están aptos para ir al torneo. El nacional Promocional tiene como sede cualquier ciudad capital de departamento en Bolivia y se lleva a cabo 2 veces al año en su versión apertura y clausura

Es un torneo nacional para los mejores nadadores de Bolivia desde los 13 años de edad cuyas marcas alcancen el 85% de aproximación al récord nacional al hacer esto entran en la categoría Élite y son aptos para participar del torneo élite el cual tiene como sede cualquier ciudad capital de departamento en Bolivia y se lleva a cabo 2 veces al año en sus versiones clausura y apertura how to tenderize steak fast.

Es un campeonato nacional en el cual pueden participr todos los nadadores del club Campeón y el club subcampeón de cada Asociación departamental. Estos compiten entre si y el ganador se proclama club Campeón de Bolivia

Es un torneo nacional para aquellos nadadores que tengan más de 25 años de edad ya sean Promocionales o élites

Campeonato nacional para nadadores de categoría preinfantil (menos de 10 años de edad)

La FEBONA se subdivide en 8 asociaciones departamentales las cuales tienen sus propios campeonatos locales, estas asociaciones son:

El departamento de Pando carece de piscinas reglamentarias y por lo tanto de asociación departamental de natación

Página oficial de la federación boliviana de natación

Wade Nichols

Dennis Posa, aka Dennis Parker, better known by his performance name of Wade Nichols, (October 28, 1946 – January 28, 1985), was an actor and singer who started his career in adult films water bottle backpack running.

Nichols was born in Manhattan, New York and raised in Freeport, New York. He attended the Philadelphia Museum College of Art, studying Pottery and Design. While attending, he won a role in a touring company production of “The Trojan Women.” He later attended New York University and the Herbert Berghof Studio, where he studied Acting.

Nichols’ first feature film role was probably in the gay adult film Boynapped! (1975). He subsequently appeared mostly in straight porn films shot in New York Pink Cocktail Dresses, such as Barbara Broadcast what is a lemon squeeze, Blonde Ambition, Jail Bait pineapple to tenderize meat, Maraschino Cherry, Punk Rock, Summer of Laura, Take Off, and Teenage Pajama Party. Posa was credited as Wade Nichols in most of the adult films in which he appeared.

In 1979, using the name Dennis Parker, he recorded a disco album on Casablanca Records entitled Like an Eagle. The album was produced by Village People creator/producer Jacques Morali who was Nichols’ boyfriend at the time. He also toured Europe to promote the album. He later appeared in the French film Monique that same year, with Like an Eagle being used as it’s theme song. The title track was released as a single and appears on the box set The Casablanca Records Story (1994).

Posa (still as Dennis Parker) joined the cast of the soap opera The Edge of Night in 1979, as Police Chief Derek Mallory.

Seriously ill by October 1984, Posa was unable to continue working on The Edge of Night, and his character was written out of the show. The show was cancelled months later.

Parker died January 28, 1985. In a tribute to Parker in a 1985 issue of Soap Opera Digest, fellow Edge of Night actor Ernie Townsend wrote, “He died in early January after a long and painful illness that took away a talent in its prime.”[citation needed] An obituary released in Virginia stated that he died after a “brief illness, survived by his mother, brother, and partner.”[citation needed]

Ickwell May Day

Ickwell May Day is a celebration of spring held at Ickwell in the parish of Northill water bottle backpack running. The earliest documented Ickwell May Day festivities were in 1565. By then it had become a Christian festival, though its origins likely pre-date Christianity to the pagan Beltane festivals. In 1872 the squire of the town erected a permanent Maypole and left a bequest in his will to fund the annual celebration.

Like many English festivals, the Ickwell May Day is usually accompanied by Morris dancing — in this case, the Ickwell Mayers

Real Madrid Club de Fútbol Home ILLARRA 24 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Home ILLARRA 24 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, with their Lord and Lady, and the dirty-faced Moggies. Many other customs associated with the day have been recorded over the years. One, unique to Ickwell, is that of the Old Scholars, a group of alumni of the village school. The Old Scholars dance around the maypole, some with two or even three generations of their offspring.

In 1945, the Ickwell and District May Day Committee was formed. The Committee organizes the games, refreshments meat tenderizer msg, contests, dances, music and other activities, including the crowning of the May Queen. Due to its documented age and long history, the Ickwell May Day has become something of an attraction wilson football jersey, and is listed on the East of England Tourist Board’s publicity sheet for “May Day Bank Holiday in the East of England.”

James Agee

James Rufus Agee (27 novembre 1909, Knoxville, Tennessee – 16 mai 1955) est un romancier américain. Il a été lauréat du Prix Pulitzer en 1958 pour son livre autobiographique Une mort dans la famille, paru à titre posthume en 1957 bromelain meat tenderizer.

Agee est né à Knoxville dans le Tennessee . Son père meurt dans un accident de voiture, alors qu’il n’a que six ans. À partir de ce moment, il est envoyé dans des écoles loin de chez lui où il se sent isolé et abandonné par sa mère. Il achèvera ses études à l’Université Harvard.

Au cours de l’été 1936, le magazine Fortune charge James Agee, accompagné du photographe Walker Evans , d’effectuer un reportage sur la condition des métayers blancs du sud de l’Alabama. Pendant six semaines dans le comté de Hale, Agee et Evans côtoient trois familles blanches vivant dans une extrême précarité. Le texte que propose Agee à son commanditaire, dès son retour à New York, est refusé. Il deviendra finalement un livre parfaitement inclassable, cri d’indignation et de colère en faveur de ces victimes de la Grande Dépression, accompagné d’un portfolio des photographies d’Evans, publié aux États-Unis en 1941 sous le titre Louons maintenant les grands hommes water bottle backpack running. Ce livre marquera grandement le photographe William Christenberry, originaire de la région traitée dans le livre.

En 1942, il devient critique de cinéma pour le Time et écrit parfois aussi quelques critiques de livres. En 1948, il quitte ce métier pour devenir écrivain indépendant.

Il meurt d’une crise cardiaque le 16 mai 1955, à New York, dans un taxi qui l’amenait chez le médecin. Il était âgé de 45 ans.

Dylan Bundy

Dylan Matthew Bundy (né le 15 novembre 1992 à Tulsa water bottle backpack running, Oklahoma, États-Unis) est un lanceur droitier des Ligues majeures de baseball jouant avec les Orioles de Baltimore.

Alors qu’il évolue au Owasso High School d’Owasso en Oklahoma, Dylan Bundy est le choix de première ronde des Orioles de Baltimore en 2011.

Avant la saison 2012, Baseball America classe Bundy, un lanceur partant, au 10e rang de son classement annuel des 100 meilleurs joueurs d’avenir waterproof running bag. Cette publication lui avait décerné le titre de joueur de baseball collégial de l’année en 2011 après une saison remarquable pour Owasso High où il n’accorde que deux points mérités dans toute la saison (pour une moyenne de points mérités de 0,25) et retire sur des prises 158 frappeurs adverses en 71 manches lancées. USA Today le nomme aussi joueur de l’année.

Dylan Bundy fait le saut du niveau Double-A des ligues mineures aux ligues majeures et débute avec Baltimore le 23 septembre 2012 par une présence comme lanceur de relève contre les Red Sox de Boston.

À l’été 2013, alors qu’il joue en ligues mineures, Bundy subit une opération de type Tommy John. Il ne recommence à lancer dans les mineures qu’un an plus tard design football shirt. Son retour dans les majeures ne s’effectue qu’en 2016, où il joue enfin sa première saison complète avec les Orioles.

Son frère Bobby Bundy, un lanceur de deux ans son aîné, est un choix de huitième ronde des Orioles en 2008.

Pouria Amirshahi

Pouria Amirshahi, né le à Shemiran, est un homme politique français.

Député socialiste de la neuvième circonscription des Français établis hors de France (Afrique du Nord et de l’Ouest), il a également été successivement président de l’UNEF-ID de 1994 à 1998, et de la MNEF de 1999 à 2000. Il quitte le PS en 2016.

Pouria Amirshahi est né d’un père architecte et d’une mère socialiste proche de Chapour Bakhtiar. En 1976, la famille fuit l’Iran et est accueillie en France, chez sa grand-mère maternelle, Moloud Khanlari, membre du Parti communiste iranien (Tudeh), militante active des droits de l’homme, et qui fut collaboratrice de Jean-Paul Sartre. Elle s’installe ensuite à Antony, pour quelques mois, avant d’élire domicile à Paris. Pouria Amirshahi fait sa scolarité à Paris à l’école primaire Olivier-de-Serres, au collège Georges-Duhamel puis au lycée Buffon. Il obtient la nationalité française en 1996.

En 1986, Pouria Amirshahi intègre le lycée Buffon à Paris. Dès le mois de novembre 1986, les étudiants et les lycéens commencent à s’opposer au projet Devaquet qui prévoit notamment d’instaurer une sélection à l’entrée de l’Université. Pouria Amirshahi s’engage dans le mouvement et devient un des porte-paroles lycéens à Paris. Ce mouvement de jeunesse, le plus important depuis mai 1968, contribuera à placer la jeunesse et l’éducation au cœur de la campagne présidentielle de 1988, qui voit la réélection de François Mitterrand à la présidence de la République en 1988.

Dès la rentrée, la contestation monte, à Tours le lycée Grandmont se met en grève puis reprend finalement les cours. Malgré les promesses électorales, le ministre de l’Éducation nationale, Lionel Jospin tarde à débloquer des crédits. C’est dans ce contexte, que Pouria Amirshahi et son ami Boris Rubinsztejn, en liaison avec l’UNEF-ID, lancent l’appel des lycéens de Buffon dit « Appel de Buffon ». Par ce texte, ils réclament plus de moyens pour les lycées afin d’assurer un meilleur taux d’encadrement, afin d’obtenir des équipements plus modernes, etc.

En 1989, le baccalauréat en poche, Pouria Amirshahi poursuit des études de droit à l’université Panthéon-Sorbonne, puis de politique de l’emploi. Il adhère à l’UNEF-ID. Il devient président de son AGE (structure de base de l’UNEF-ID) et rentre au bureau national de l’association en 1992 où il a la charge des relations avec les sections de la région parisienne, puis de province.

Au début des années 1990, l’UNEF-ID est traversée par de fortes tensions entre ses tendances internes, et connaît des reculs électoraux continus depuis 1987. Elle est notamment divisée sur la conception du syndicalisme étudiant : pour les uns, il doit se tourner de plus en plus vers le modèle des Bureaux des étudiants et s’organiser beaucoup plus par filières ; pour les autres, cela ne saurait se faire au détriment de l’engagement syndical et revendicatif.

Pouria Amirshahi signe le texte d’orientation « Indépendance et action », fondateur de la Tendance indépendance et action best steel water bottle. Les auteurs de ce texte reprochent à la direction de l’organisation son manque d’indépendance politique[pas clair] et appel à un recentrage de l’UNEF-ID sur les valeurs syndicales. Rapidement, les diverses tendances d’opposition s’unifient dans la Tendance indépendance et démocratie (TID). Au congrès de Paris de 1994, la TID renverse la direction.

À 22 ans, Amirshahi est élu président de l’UNEF-ID. Le changement de direction n’entraîne pas de scission. Mais l’organisation est affaiblie. Pour la renforcer, l’équipe qu’il dirige propose d’agir sur trois axes. Il s’agit premièrement, de promouvoir un travail de terrain destiné à aider les étudiants au quotidien. Deuxièmement, ils revendiquent un véritable statut social pour les étudiants et remettent à l’ordre du jour l’allocation d’étude. Troisièmement, dans la continuité de l’équipe précédente, ils réclament une réforme pédagogique dans la perspective d’un accès plus large de toutes les couches sociales à la réussite universitaire. Pouria Amirshahi fait enfin de la réunification du syndicalisme étudiant une priorité. De la sorte, il veut renforcer l’indépendance de l’UNEF et il n’hésite d’ailleurs pas à se confronter au gouvernement de Lionel Jospin[réf. nécessaire].

En quatre années de présidence goalie jerseys soccer, Pouria Amirshahi et son équipe, réussissent, en interne, à globalement ressouder l’organisation et en externe, à remporter plusieurs succès. En s’appuyant sur le mouvement de 1995[réf. insuffisante], ils obtiennent une réforme des études qui supprime l’« admissibilité/admission », généralise la compensation et facilite le passage conditionnel. Dès 1996, l’UNEF-ID redevient la première organisation étudiante représentative. Lors du congrès de l’UNEF-ID tenu à Montpellier en 1997, Pouria Amirshahi et son équipe sont reconduits avec une confortable majorité de 79 % des suffrages. Toutefois, depuis le congrès de 1994 deux tendances oppositionnelles émergent, la Tendance unité et démocratie, proche de la Ligue communiste révolutionnaire, qui propose un syndicalisme plus contestataire, plus en lien avec l’aile radicale du mouvement de 1995, 11 % des mandats, et la Tendance pour une alternative syndicale, proche de la CFDT, appelant à un syndicalisme plus réformiste, 10 % des mandats.

La question sociale est de plus en plus présente dans les revendications étudiantes : à l’amélioration des bourses et à la création d’un statut social étudiant, s’ajoute de plus en plus la préoccupation de l’emploi et même de la retraite. En référence à ce que Laurent Joffrin avait appelé, en 1986, la « génération morale », Pouria Amirshahi veut incarner l’émergence d’une « génération sociale ». Pour la première fois, l’UNEF prend position sur les propositions de réforme des retraites qui sont proposées par les gouvernements successifs au nom de l’intérêt des jeunes, futurs retraités, premiers concernés par ces réformes. Dès 1994, des dizaines de milliers d’étudiants descendent dans la rue contre le projet du premier ministre Édouard Balladur, le Contrat d’insertion professionnelle (CIP). En 1996, un nouveau projet de “stages diplômants” met le feu aux poudres. L’UNEF-ID mobilise et conteste ce projet, en refusant de « placer les diplômes sous la tutelle des entreprises. » Le CNPF finira par accepter de retirer son projet à l’occasion d’une conférence sociale à laquelle, pour la première fois dans l’histoire des relations sociales, l’UNEF est invitée aux côtés des syndicats ouvriers et des organisations patronales. Cette nouvelle donne conduit également à un rapprochement de l’UNEF-ID – qui entretenait surtout des relations avec Force Ouvrière et la CFDT – avec la CGT.

Toutefois, Pouria Amirshahi ne pas fait l’unanimité au sein du mouvement étudiant. Certains, à sa gauche, ont dénoncé un manque de radicalité lors du mouvement de 1995. Cette contestation a abouti à une scission de l’UNEF-ID de Montpellier III et à la création du Syndicat étudiant unitaire et laïque (SEUL) et en dehors de l’UNEF à la création de SUD Étudiant.

Déplorant la division syndicale, il tente dès 1995 un rapprochement avec l’UNEF-SE et propose la construction d’une « maison commune ». Mais son offre reçoit un accueil mitigé. Il faut donc attendre la crise de la MNEF, en 1999 pour que les deux organisations se rapprochent effectivement. En 1998, Pouria Amirshahi cède sa place de président de l’UNEF-ID à Carine Seiler. Il se donne alors une nouvelle mission, sauver la MNEF. En effet, la Mutuelle nationale des étudiants de France est alors secouée par une grave crise financière et judiciaire. Il prend donc la tête d’une liste commune aux deux UNEF, un premier pas vers la réunification, et remporte les élections. Toutefois la nouvelle équipe n’a pas le temps de mener son plan de redressement à terme. Six mois plus tard, la mutuelle étudiante est mise sous tutelle par la Commission de contrôle des mutuelles et des institutions de prévoyance puis dissoute. Néanmoins, une nouvelle mutuelle nationale est créée, La Mutuelle des étudiants (LMDE) en conservant le principe d’une administration et d’un contrôle étudiant.

En 2000, Pouria Amirshahi commence sa carrière professionnelle comme cadre de la Fédération des mutuelles de France (FMF), en charge en particulier de la protection sociale des jeunes adultes (18/25 ans) et également de l’activité internationale de la FMF. À ce titre, il en est le représentant au sein de l’Association internationale de la sécurité sociale et de l’Association internationale de la Mutualité. Il siège également au sein du Haut Conseil de la coopération internationale. Il continue de défendre l’idée d’un statut social de la jeunesse, reprise par plusieurs acteurs sociaux.

En 2004, il devient directeur de l’association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable) présidé par Michel Mousel. Ils inscrivent alors l’association dans les réseaux de solidarité internationale (CRID, Coordination SUD, etc.) et la représentent au Forum social mondial de Porto Alegre en 2005.

En 2006, reçu cadre A de la fonction publique territoriale, il est nommé responsable de la circonscription d’action sociale de la Charente limousine. Directeur de trois centres médico-sociaux (Chasseneuil, Confolens et Chabanais), il y conduit et met en œuvre la politique sociale du Département : accompagnement social et professionnel des personnes, protection de l’enfance, protection maternelle et infantile.

Passionné de bandes dessinées, il rejoint en 2009 la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, basée à Angoulême. Il accompagne son directeur, Gilles Ciment, recruté un an plus tôt pour diriger le nouvel Établissement public de coopération culturelle. Il contribue à la politique culturelle de l’établissement, coorganise l’université d’été de la bande dessinée. Il participe également à des conférences spécialisées et signe des articles dédiés comme dans le numéro spécial de la revue Dada : “La bande dessinée : un 9e art”. Il est alors nommé rédacteur en chef de la revue Neuvième Art dont Gilles Ciment avait souhaité le basculement intégral sur support numérique. Investi candidat du Parti socialiste pour les élections législatives de juin 2012, il quitte progressivement la Cité pour se consacrer pleinement à sa campagne électorale puis, élu député, à son mandat.

C’est à l’occasion du Mouvement étudiant et lycéen de 1986 que Pouria Amirshahi noue des contacts avec des organisations et des courants de la gauche française. Il adhère au Parti socialiste en 1988 et en est membre jusqu’en 1994, date de son élection à la présidence de l’UNEF. Il participe au club « Convergences socialistes » qui regroupe Jean-Christophe Cambadélis, Benjamin Stora, Philippe Darriulat, etc. Il est cosignataire du Manifeste contre le Front National. Puis, il se rapproche de la Gauche socialiste, courant du Parti socialiste animé par Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon. Au lendemain de l’élection présidentielle de 2002, il adhère de nouveau au PS. Il est convaincu que l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour s’explique par deux causes principales : le virage libéral engagé en 2000 par le gouvernement et la division de la gauche qui s’en est suivie[réf. nécessaire]. Il participe alors à la fondation du courant Nouveau Monde d’Henri Emmanuelli et de Jean-Luc Mélenchon. Les désaccords au sein de la gauche sont de plus en plus forts et atteignent leur paroxysme en 2005, sur le débat européen. Amirshahi est l’un des porte-paroles du « non socialiste » lors du référendum sur la Constitution européenne.

Au Congrès de Reims du PS de 2008, il est membre fondateur du courant Un Monde d’Avance avec Benoît Hamon, Henri Emmanuelli, etc. Élu premier secrétaire de la fédération PS de la Charente, il intègre la nouvelle équipe dirigeante autour de Martine Aubry en tant que secrétaire national aux droits de l’homme, à la Francophonie et au Développement. Il est un des rares socialistes, avec André Vallini, à intervenir sur l’affaire Coupat. Il est également signataire de l’Appel des appels qui appelle à une « insurrection des consciences ». Enfin, il participe activement aux mobilisations liées à l’immigration, concernant les Roms et les étrangers en situation irrégulière tout particulièrement.

En tant que secrétaire national du Parti socialiste chargé des droits de l’homme, il contribue[réf. nécessaire] à faire évoluer la position du parti dans plusieurs directions : ainsi dans son projet économique et social adopté mai 2010, le Parti socialiste adopte une philosophie générale centrée non plus sur l’ancien modèle de croissance mais sur un «  ». Les idées d’appropriation publique des biens communs belt waist bag, de développement de long terme (sorte de nouvelle planification), d’encadrement législatif des écarts de salaires water bottle backpack running, de centralité du modèle coopératif et de relocalisation des sites de production sont au cœur de ce virage politique. Cette approche avait déjà été publiée en juillet 2009 dans un texte, intitulé « Nos Futurs », qui pose les enjeux auxquels, selon lui, est confronté le mouvement socialiste français et européen.

À l’occasion des primaires citoyennes, il défend la candidature de Martine Aubry. Il est alors chargé de « la mobilisation militante ».

Après l’élection de François Hollande, il continue de réclamer une large régularisation des étrangers en situation irrégulière et une autre politique en faveur des Roms, s’opposant ainsi à la politique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Le 25 novembre 2012, il est à l’initiative d’une campagne sur Twitter pour soutenir la Palestine à devenir le 194e membre des Nations unies : « Je propose aux membres de la communauté numérique de relayer cet appel » via le hashtag : .

Au sein du Parti socialiste, il occupe les fonctions de secrétaire national aux transitions démocratiques et à la Francophonie de 2012 jusqu’au remaniement de la direction entrepris par Jean-Christophe Cambadélis.

Préféré en interne à Faouzi Lamdaoui, il est en juin 2012 député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France (Afrique du Nord et de l’Ouest) avec 63 % des voix. Élu d’une circonscription qui n’est pas épargnée par des turbulences politiques, Pouria Amirshahi a régulièrement l’occasion de rendre compte de ses déplacements en Afrique de l’Ouest, notamment au sein du groupe travail consacré au Sahel, également créé par la commission des Affaires étrangères.

En juillet 2012, il cofonde le regroupement « la Gauche durable » avec notamment Laurence Rossignol, Philippe Martin, Barbara Romagnan et Daniel Goldberg qui entend « repenser [le] modèle de croissance, remettre l’égalité des territoires au cœur de l’action publique et créer des cadres démocratiques et participatifs nouveaux ».

Au nom de la défense de la francophonie, il s’oppose à l’article 2 de la loi sur l’Enseignement supérieur et la recherche prévoyant une extension des exceptions à la loi Toubon afin de permettre des cours entièrement en anglais. Le 22 janvier 2014, la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité le rapport d’information de Pouria Amirshahi sur la francophonie éducative, culturelle et économique intitulé « Pour une ambition francophone ».

Le 3 décembre 2013, Pouria Amirshahi est élu président du Conseil d’administration de l’Institut de relations internationales et stratégiques, fonction qu’il cesse d’occuper en octobre 2015.

Aux côtés de vingt autres députés socialistes, il vote contre la ratification du pacte budgétaire européen dit TSCG. Le 15 octobre 2013, il s’abstient sur la réforme des retraites présentée par le gouvernement Ayrault, se déclarant avec plusieurs autres élus de l’aile gauche du parti « très réservés sur l’allongement de la durée de cotisation ».

Au lendemain des élections municipales, le 6 avril 2014, avec 86 autres parlementaires, il publie une tribune dans le Journal du Dimanche appelant à un nouveau contrat de majorité, qui sera appelée à devenir l’« Appel des 100 ». Le 7 avril 2014, il appelle à ne pas voter la confiance à Manuel Valls. 11 députés feront le même choix le lendemain, à l’issue du discours de politique générale du nouveau Premier ministre. À l’initiative d’Amirshahi et des initiateurs de l’Appel des 100 (Christian Paul, Jean-Marc Germain, Laurent Baumel…), un site internet est mis en ligne ainsi qu’une plateforme de propositions pour plus d’emplois et de justice sociale. Compte tenu de ses différentes prises de positions et de ses votes à l’Assemblée nationale, Pouria Amirshahi fait partie des députés que les médias qualifient de « frondeurs ».

En juin 2014, il appelle à la fondation d’un « Mouvement commun » rassemblant hors du PS mais sans exclusive des personnes désireuses de changement social :

« Je demande à toute personne de se sentir libre d’être écologiste, communiste, d’être au Front de gauche, ailleurs ou même nulle part. Je vois des intelligences partout. […] À chaque fois, je demande, comme nous le faisons, de n’exiger de personne de se renier. Si on me parle d’un nouveau parti, d’une nouvelle étiquette, d’une nouvelle scission, ma démarche n’aura pas été comprise. »

Pouria Amirshahi est à l’initiative d’une tribune parue dans Le Journal du dimanche, signée par une cinquantaine de parlementaires socialistes, frondeurs ou non, appelant le gouvernement français de soutenir le gouvernement grec d’Aléxis Tsípras. Les signataires souhaitent qu’un plan européen approuve la restructuration de la dette grecque et réoriente la politique économique et financière de l’Union européenne, qu’ils jugent trop axée sur l’austérité.

En novembre 2015, il participe à la création du Mouvement commun, qui se présente comme un « lobby citoyen » regroupant des communistes, des écologistes et des socialistes opposés à la politique économique de François Hollande.

Après les attentats du 13 novembre 2015 en France, il explique son refus de voter la loi prolongeant de trois mois l’état d’urgence « qui va au-delà des pouvoirs administratifs exceptionnels et s’appliquera sans contrôle démocratique véritable. » Il figure parmi les six députés français votant contre ce projet de loi adopté par 551 pour, 6 contre et une abstention.

Le 4 mars 2016, il annonce dans un entretien au quotidien Le Monde son départ du Parti socialiste et du monde des partis en général :

« Je quitte le PS et le monde des partis en général, rhizomes d’un système institutionnel à bout de souffle. Ils sont devenus des machines électorales sans grande conviction, sans promesse d’avenir heureux pour le pays. »

Il annonce également de ne pas se représenter aux législatives en 2017.

Il a une fille née en 1995.

Âne sarde

L’âne sarde ou âne de Sardaigne, nommé asino Sardo en italien, molente en sarde, est une race d’âne italienne originaire de Sardaigne. C’est un âne de petite taille caractérisé par sa robe grise et sa bande cruciale sur le dos. Il a longtemps été utilisé pour tous les travaux agricoles de l’île et pour les transhumances. Les effectifs de la race sont de nos jours très réduits. L’Associazione per la Tutela dell’Asino Sardo est l’association chargée de la sauvegarde de l’âne sarde.

Les origines de l’âne sarde sont obscures. Selon les auteurs, il vivrait sur l’île depuis le néolithique, ou bien aurait été importé par les Phéniciens ou encore viendrait de Nubie. Des siècles durant, il partage la vie quotidienne des habitants de l’île servant de monture, participant à l’agriculture et au bât dans les zones escarpées. Il fait également tourner la meule des moulins, ce qui lui vaut le surnom de « molente ». Il est également utilisé dans les transhumances où il porte les affaires et les provisions des bergers. Comme beaucoup de races asines européennes, l’âne sarde a vu sa population décroître fortement au fur et à mesure des progrès de l’agriculture.

L’âne sarde est un âne de petite taille, mais dont la hauteur au garrot n’est pas clairement établie. Selon les auteurs water bottle backpack running, elle se situe entre 0,82 m et 0,95 m, ou entre 0,80 m et 1,15 m, ou encore entre 0,80 m et 1,20 m au garrot. La tête est rectangulaire avec un profil rectiligne. Le cou est court et les épaules sont droites et courtes. Son garrot est peu prononcé et le dos est légèrement étendu phone band for running. Les flancs sont forts et bien attachés. La croupe est courte et légèrement inclinée. Le poitrail est plutôt large mais le thorax est étroit et bas. C’est un âne robuste dôté de membres solides avec des articulations épaisses et larges. Le pied est petit mais bien dur.

Sa robe est gris souris avec une bande cruciale sur le dos bien marquée. Le bord des oreilles est foncé et des zébrures peuvent être visibles sur les épaules et les membres. Le ventre est blanc.

C’est un âne réputé gentil et patient.

L’Association pour la Tutelle de l’âne Sarde, nommée Associazione per la Tutela dell’Asino Sardo (ATAS) en italien, a été fondée en 1991 et assure la promotion et la sauvegarde de la race. En 2006, on recense environ 500 individus de race sur l’île.

Depuis 1996, une tradition de l’île a été relancée pour les fêtes du 15 août. Il s’agit de courses d’ânes montés par des enfants et nommés « Palio Régional des Petits Ânes ».

Sur les autres projets Wikimedia :